​Trois bateaux en attente de repêchages, trois en demi-finales

6 Mai 2016

 

On y est ! Les rameurs tricolores sont de retour sur l’eau pour les premières compétitions internationales. Sur les six bateaux engagés, trois ont d’ores et déjà gagné leur ticket pour les demi-finales.
 
Globalement, le bilan n’est pas mauvais pour les premières confrontations internationales des tricolores cette saison. Même si certains rameurs, et leur encadrement, auraient aimé mieux pour entamer cette saison.
 
Ce sont Germain Chardin et Dorian Mortelette qui ont ouvert les hostilités en série du deux sans barreur masculin. Ils ont terminé leur course en deuxième position, derrière la paire allemande qui courait à la maison, et se sont assurés une qualification pour l’étape suivante. “On se doutait que ce serait compliqué, explique Sébastien Bel, entraîneur des deux rameurs du pôle France de Nancy, ils n’ont pas fait de courses depuis cinq semaines. Les premières courses ici ne sont pas évidentes. Mais on n’est pas inquiets, ils se connaissent bien, ils savent où ils en sont. Ils n’ont jamais été au top sur une saison entière donc ce n’est pas un souci, ils savent réagir”.
 
En deux de couple, Matthieu Androdias et Hugo Boucheron étaient alignés contre le double allemand détenteur du titre européen. Leur troisième place dans la série leur garantit de passer directement en demi-finale, mais leur entraîneur, Samuel Barathay, est plus circonspect. “L’entame est moyenne, mais c’est leur premier parcours de l’année. On essaie de voir si le changement de nage est productif. A la fin, avec leur puissance, ils n’ont pas vu qu’ils auraient pu reprendre l’avantage sur le bateau suisse. C’est dommage d’avoir attaqué sur une note mitigée”.
 
En skiff masculin, Cédric Berrest a dû lui aussi passer par les repêchages, après une quatrième place en série le matin. Un format de course qu’il n’a pas l’habitude de courir, avec des rameurs qui ne partent pas vite mais savent augmenter le train tout au long du parcours. “Il y avait un fort vent de travers, mais avec mon gabarit plus petit que les autres, j’ai été épargné”. Il affrontera demain en demi-finale des athlètes en concurrence directe avec lui non seulement ici, mais aussi pour la qualification. “Je suis moins affûté qu’à Cazaubon, mais à ce moment de la saison c’est normal”.
 
Les rameuses ont fait leur entrée dans la compétition avec le deux sans barreur. Noémie Kober et Marie Le Nepvou ont terminé troisièmes de leur série, et devront aller en repêchages demain. “On est mitigées, commente Marie Le Nepvou, on fait une bonne entame de course, mais il faut qu’on continue à grappiller des secondes sur le 1 000 du milieu”. Avec ce repêchage, c’est une place en finale A qui se jouera demain.
 
Le quatre sans barreur français avait dans sa série du matin le plus sérieux concurrent du week-end : le bateau britannique. Mais les tricolores ne se sont pas laissés impressionner et ont réalisé une belle entame de championnats en terminant deuxièmes de la course, même si la suite de leur parcours se jouera en repêchages. “Cela va nous permettre de bien travailler, note Benjamin Lang, mais le résultat est conforme à ce que l’on faisait à l’entraînement”. Il leur reste deux parcours pour parfaire leur cohérence collective déjà intéressante avant de se présenter à la régate de qualification à Lucerne.
 
Dernière série tricolore de la journée, celle du quatre de couple féminin de Laura Tarantola, Camille Juillet, Anne-Sophie Marzin et Chloé Poumailloux qui a terminé quatrième et qui va lui aussi passer par les repêchages demain. Vincent Gazan, l’entraîneur du bateau, affiche une certaine satisfaction : “C’est plutôt positif, les écarts avec les meilleurs sont moins importants, ceux avec les concurrents à la qualification se réduisent”. Le repêchage de demain sera déterminant, avec une place en finale A en jeu.
 
Demain, la pression va encore monter sur les épaules des tricolores avec pour certains, l’enjeu de non seulement briller, mais aussi d’évaluer la concurrence avant le passage obligé par Lucerne dans deux semaines.
 
Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Lire l'article
Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Lire l'article
Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Lire l'article
abonné

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS