​Une médaille pour l’équipe de France

8 Mai 2016

 

Les bateaux français, en course ce matin pour les finales B et A, voulaient conclure ces championnats d’Europe d’une manière plus heureuse qu’ils n’avaient commencé, ce fut chose faite avec trois victoires en finale B et une médaille de bronze pour le quatre sans barreur.
 
Le vent n’a pas épargné cette journée de finales, malgré l’heure d’avance qui avait été décidée par le comité d’équité pour éviter les plus fortes bourrasques. Des conditions qui n’ont pas servi les intérêts de certains équipages, comme le deux sans barreur féminin, très malmené dans sa ligne d’eau et qui a terminé à la sixième place de la finale A. “C’est très frustrant, raconte Noémie Kober, on n’a pas pu s’employer comme on l’aurait voulu à cause des conditions sur le bassin, même dès le départ alors que les 500 premiers mètres sont plutôt notre point fort. On prendra notre revanche à Lucerne”. Une course sur laquelle le directeur technique national, Patrick Ranvier, ne veut pas juger les rameuses : “Elles sont loin, plus loin qu’on ne l’imaginait, mais avec les conditions de bassin elles n’ont pas mis un coup de pelle. L’écart peut sembler conséquent mais quand on n’est pas dedans tout de suite, on ne peut pas imaginer revenir”.
 
Le quatre sans barreur, aligné en ligne d’eau 1 pour sa finale A, n’a pas connu les mêmes déboires. Au terme d’un enlevage de folie, Valentin Onfroy, Benjamin Lang, Mickaël Marteau et Théophile Onfroy ont réalisé une belle remontée et conservé la troisième place, synonyme de bronze sur le podium. “Après trois semaines de préparation, on s’est donné les moyens, explique Valentin Onfroy, on a été assidus, on a rajouté une semaine de stage où Benjamin et Mickaël sont venus à Nancy”. Le bateau a acquis déjà une belle cohésion. “On va maintenant gérer la fatigue, revoir nos automatismes et on repart en stage à Aiguebelette vendredi pour préparer la régate de qualification”, ajoute Mickaël Marteau. Une belle chance de rajouter une coque à la flotte française à Lucerne leur tend les bras. Une performance qui n’est pas une surprise pour Patrick Ranvier. “On a vu assez vite que cela pouvait coller, ces quatre rameurs avaient de l’ambition, de l’homogénéité, ils s’entendent bien techniquement et humainement. Ils n’ont pas de complexes, et aller chercher cette médaille reflète un vrai potentiel par rapport à leur gabarit et aux conditions. Cela conforte le bien fondé de notre ambition de qualifier la coque”.
 
Du côté des finales B, le deux de couple de Matthieu Androdias et Hugo Boucheron a remporté sa course. “Il y a du positif encore aujourd’hui, note Matthieu Androdias, on est partis vite, on a fini vite. Il va falloir rassembler ce que l’on a fait de mieux sur ces trois jours de championnats”. Patrick Ranvier a été rassuré par cette victoire en finale B. “Ils ont raté le coche de cette nouvelle composition qu’on a testée, on va analyser. Mais notre stratégie est différente entre les bateaux déjà qualifiés et les autres”.
Cédric Berrest a lui aussi remporté la finale B du skiff. “J’étais dans le coup, devant à chaque fois. Ici, je me classe troisième des non qualifiés pour les Jeux, dans deux semaines l’Israélien et l’Américain vont se rajouter, mais je me suis régalé, même en faisant des courses sur un bassin pourri ; j’ai l’impression de progresser et d’apprendre encore. J’y crois”. Une belle performance soulignée par le DTN : “Ca le remet dans le jeu, je suis content de son comportement en course, ça relance la confiance pour la suite de sa préparation à la régate de qualification”.
En quatre de couple féminin, Laura Tarantola, Camille Juillet, Anne-Sophie Marzin et Chloé Poumailloux avaient pour concurrent le bateau biélorusse ; elles ont également remporté leur finale B. “Elles ont remporté leur finale B avec une expérience ensemble encore faible, note Patrick Ranvier, ce sont des jeunes filles volontaires. Il faut aborder avec le plus grand optimisme possible la régate de Lucerne et envisager, pourquoi pas, la qualification si elles se montrent perfectibles et ambitieuses”.
 
Un bilan chiffré inférieur à celui de 2015, avec seulement une médaille au compteur tricolore qui en comptait six l’an passé (l’argent en deux sans barreur et en deux de couple TC, l’or en skiff PL et en de deux couple PL, l’argent en deux sans barreur et en quatre sans barreur PL). “Si l’on s’en tient aux chiffres, le bilan n’est pas bon. Mais la phase de préparation et d’approche en année olympique n’est pas la même. Je retiens toutefois la performance significative du quatre sans barreur et du skiff, et le comportement encourageant du quatre de couple féminin. Pour les équipages de tête comme les deux sans barreur ou le deux de couple, c’est une déception teintée de réalisme, on ne s’attendait pas qu’ils soient présents du début à la fin de la saison internationale, ce n’est donc pas inquiétant”.
 
La régate de qualification olympique se déroulera à Lucerne du 22 au 24 mai, et sera suivie par la deuxième étape de coupe du monde, toujours sur le Rotsee. Médias Aviron sera présent sur ces deux événements pour vous faire vivre la suite de la saison internationale de l’équipe de France.

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

22 et 23 Juin : Championnat de France Master à Vichy

22 et 23 Juin : Championnat de France Master à Vichy

Lire l'article
Le grand jour du stade nautique olympique d’Ile-de-France

Le grand jour du stade nautique olympique d’Ile-de-France

Lire l'article
abonné
Deuxième étape de coupe du monde ce week-end à Poznan

Deuxième étape de coupe du monde ce week-end à Poznan

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS