Un meilleur temps mondial pour donner le tempo

24 Août 2014

 

Premier jour de ces championnats du monde 2014, avec l’entrée en compétition de six bateaux français. Bilan de la journée : trois qualifications directes pour la suite, et un record du monde !

Il suffisait de traîner un peu sur les réseaux sociaux ces derniers jours pour comprendre que les conditions météorologiques sur le Bosbaan, à Amsterdam, n’iraient pas forcément dans le sens des championnats du monde. Première décision ce matin à 11 h : le risque de devoir démarrer la compétition sous le format “tête de rivière” a alors été écarté au bénéfice des traditionnelles courses en ligne. Une décision bien accueillie à ce moment là par les rameurs et le public. Larges éclaircies, nuages menaçants, vent fort : tout bascule en quelques secondes sur le Bosbaan, pas forcément en faveur des compétiteurs.

C’est Damien Piqueras, en skiff poids léger, qui a ouvert les hostilités pour les tricolores à 13 h 21. L’Annécien a accompli le travail : en terminant à la quatrième place en 6:59.92, il a ainsi validé son accès aux quarts de finale. “Je ne comprends pas qu’après les essais en tête de rivière à Aiguebelette on ait couru en ligne, commente Damien Piqueras, j’ai tiré un couloir nettement défavorisé. Je me qualifie mais j’aurai une ligne d’eau sur le côté en quart, ça ne sera pas l’idéal”. La suite mercredi…

A 14 h 10, le deux sans barreur féminin s’est élancé avec, dans cette série, Anne Jouy et Justine Lecomte, déjà présentes dans cette embarcation en coupe du monde à Lucerne au mois de juillet. Les deux Françaises ont terminé la course à la cinquième place en 7:35.72 et devront passer par les repêchages mardi à 15 h 50.

Dans la première série des deux de couple poids léger, Stany Delayre et Jérémie Azou couraient contre les embarcations chinoises, ukrainienne, japonaise, grecque et arménienne. En remportant la course, les Français se sont offert au passage le meilleur temps mondial en 6:08.64, détenu jusqu’alors par les Danois Rasmussen et Quist en 6:10.02. Ces derniers l’avaient obtenu en 2007, sur le Bosbaan ! “On a regardé les séries des skiffs PL et on a vu que ça allait vite, commente Jérémie Azou, on s’est dit qu’il y avait un coup à jouer”. Les deux tricolores n’en étaient déjà pas loin à Belgrade et à Aiguebelette”. Alexis Besançon, leur entraîneur, les suivait en vélo le long du bassin. Ils avaient établi un signe (un simple sifflement) à différents moments de la course pour savoir si c’était faisable. Et ça s’est confirmé. “Il fallait qu’on se concentre sur notre geste dans le premier 1 000, ajoute Stany Delayre, dans le second 1 000 on a accéléré”. C’est justement au passage des 1 000 mètres qu’Alexis Besançon leur a donné le premier signal, qu’il a confirmé par deux fois sur la suite du parcours. Quand on leur demande l’effet de détenir le meilleur temps mondial, les deux rameurs rient en s’exclamant “C’est la classe !”, une expression cachant selon l’entraîneur un sentiment d’émotion. “Jérémie détient aussi le record en skiff PL, poursuit Stany, je ne pense pas que d’autres rameurs peuvent prétendre de même. On a envoyé un signe à la concurrence, on est capables d’aller très vite”. Ce qu’Alexis Besançon a confirmé : “Ce record c’est un aboutissement, mais aussi un point de passage, ils peuvent aller encore plus vite. On est en phase d’affutage, ils seront vraiment au top en fin de semaine. Amsterdam et Poznan sont des bassins rapides, si les conditions de courses le permettent, ils peuvent encore battre ce temps”.

Edouard Jonville, Benoît Demey, Matthieu Moinaux et Thibault Verhoeven étaient alignés en quatre sans barreur à 16 h 02 contre la Grande-Bretagne, l’Australie, l’Allemagne et la Russie. Une lutte acharnée s’est engagée pour remporter l’un des deux sésames pour les demi-finales ; l’embarcation française devra toutefois passer par les repêchages mardi après-midi, terminant la course à la troisième place en 5:52.01.

Course suivante pour les Français, celle du quatre de couple avec Albéric Cormerais, Hugo Boucheron, Jean-Baptiste Macquet et Mickaël Marteau. Un bateau encore jeune mais qui a acquis de l’expérience. Terminant leur course en 5:47.51, ils devront aller gagner leur ticket pour les demi-finales lors des repêchage mardi après-midi. “C’est notre meilleur chrono de la saison, précise Jean-Baptiste Macquet, alors si on avait été ligne d’eau 6. On peut encore gagner sur le papier ; on était dans une série avec l’Ukraine et l’Allemagne, on a essayé de faire quelque chose de lissé sur toute la longueur. On a respecté les consignes, faire un bon départ et rester long sur tout le parcours”.

La journée s’est achevée sur la qualification de Benjamin Chabanet en skiff. En 7:11.08, il gagne sa place en quart de finale mardi, terminant aujourd’hui troisième de sa série, derrière l’Allemand Marcel Hacker et le Danois Sverri Nielsen. “C’est positif, explique le Vichyssois, car on s’est imposés l’entraîneur des consignes techniques bien réalisées, mais mitigé car je retombe dans mes travers sur le deuxième 1 000, ça se dégrade”. Benjamin Chabanet compte bien terminer ces championnats avec des acquis solides pour progresser encore en 2015, mais aussi faire un bon classement.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Les masters au rendez-vous de Vichy

Les masters au rendez-vous de Vichy

Lire l'article
Poznan 2019 : une bérézina pour l’équipe de France

Poznan 2019 : une bérézina pour l’équipe de France

Lire l'article
Poznan 2019: L’équipe de France prend la foudre

Poznan 2019: L’équipe de France prend la foudre

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS