fbpx

bannière-collector

Médailles, titres et courses très disputées… Les Bleuets nous ont fait rêver !

27 Sep 2020

 

Exceptionnelle moisson de titres pour l’équipe de France junior. Avec six médailles glanées pour dix bateaux engagés, les Bleuets peuvent être très fiers de leurs performances.

Pas de scénario catastrophe aujourd’hui à Belgrade, dans le ciel comme sur l’eau. Bien au contraire. La tempête d’hier a laissé place à une pluie de médailles, et les promesses entrevues la veille à de nombreuses effusions de joie dans le camp tricolore. « Les temps ‘pronostics’ réalisés en stage laissaient penser que le groupe était relativement homogène et plutôt vers le haut », affirmait le DTN Patrick Ranvier, ce matin. Avec six breloques dans les valises (deux d’or, trois d’argent et une de bronze), les Bleuets ont confirmé les attentes placées en eux. La vérité des séries n’est pas celle des finales, il est vrai, mais existe-t-il meilleure source de confiance que d’établir le temps le plus rapide des séries d’une catégorie, comme l’équipe de France Junior l’a fait à trois reprises hier, ou de présenter huit bateaux sur dix en finale A ?

Dans le parc à bateaux ce matin, une heure avant d’emprunter l’autoroute du succès, les jeunes étaient déjà au travail. En plus de leur sérieux, ce qui marquait le plus chez eux, c’était ce visage froid, concentré et impliqué, mais serein. Ce matin, comme chaque matin de course, les gestes étaient mécaniques. Ils allaient pourtant jouer des médailles européennes face à de redoutables adversaires, malgré l’absence « de nations fortes » comme tenait à le rappeler Yannick Schulte, chef de secteur junior. Devant ce calme olympien, un entraîneur illustrait sa pensée dans un sourire : « Ce sont des tueurs de sang froid. » Des athlètes réglés comme des horloges, capables de sortir le grand jeu sur les derniers mètres comme le quatre de couple féminin, paré de bronze en enlevant la troisième place à la Roumanie. Capables, aussi, de tuer le suspense d’une course en confisquant la tête à la concurrence.

Victor Marcelot. © Damien Lataste-Mag Aviron

C’est, en quelques mots, le résumé de la prouesse de Victor Marcelot, champion d’Europe junior en skiff, qui a survolé la finale. C’est le drapeau français sur le dos, tel Superman et sa cape, que le rameur de Saintes récupérait la première médaille d’or tricolore version 2020, sous les vivats du public. « J’ai pris un peu d’avance rapidement avant d’en remettre une couche pour profiter des derniers 500 mètres, racontait-il avec la timidité qui le caractérise si bien. Lorsque la Marseillaise a été jouée, j’ai ressenti beaucoup de joie et d’émotion. »

Noémie Sepe, Lou-Anne Caniard, Ruxandra Botezatu et Marion Chagnot. © Damien Lataste-Mag Aviron

La réaction était la même pour le quatre sans féminin, autre bateau qui s’est installé sur le toit de l’Europe junior cet après-midi. « Nous sommes tellement heureuses même si on ne réalise toujours pas, jurait Noémie Sèpe et Marion Chagnot au parc à bateaux. On n’avait pas les meilleurs pourcentages durant l’été, c’était compliqué. Je pense qu’on a réussi à se mobiliser durant la compétition pour montrer qu’il ne fallait pas nous oublier. » Leur objectif est atteint : les Grecques et les Russes, terrassées par la puissance du bateau français également composé de Lou-Anne Caniard et Ruxandra Botezatu, ne sont pas près de les oublier !

Mathias Meriguet, Pierre Minniti-Andrei, Zadig Hoang et Killian Adams (barreuse : Lucie Mercier) © Damien Lataste – Mag Aviron

Le métal argenté a également fait chavirer à trois reprises le collectif français. D’abord grâce au quatre barré masculin, premier bateau à croiser le fer sur le lac Sava. Killian Adams, Zadig Hoang, Pierre Minniti-Andrei et Mathias Meriguet, barrés par Lucie Mercier, ont regardé les Ukrainiens dans les yeux, accusant seulement quatre dixièmes de retard sur les gars de l’Est. « On les savait très forts, on a essayé de les surprendre, mais on n’était pas dans la mesure de les suivre quand ils appuyaient. Le bonheur est très grand, c’est exceptionnel », assurait Zadig Hoang.

Fleur Vaucoret et Emilie Mouchet. © Damien Lataste-Mag Aviron

Plus tard dans l’après-midi, Fleur Vaucoret et Emilie Mouchet devenaient à leur tour vice-championnes d’Europe junior, elles aussi en tenant la dragée haute aux Roumaines. Très fières du résultat final, les deux Françaises ont formé un duo « qui se faisait confiance ». « Porter le drapeau tricolore sur le podium en cette journée incroyable pour l’équipe de France, c’était très émouvant », assuraient-elles.

Fergus Nevill, Dorian Marques-Vigneron, Alexandre Barsse et Grégoire Charles. © Damien Lataste-Mag Aviron

Validant le dernier podium de cette après-midi folle, le quatre sans masculin, « venu pour l’or », a dû s’incliner face aux Roumains. Mais la breloque d’argent suffisait au bonheur de Grégoire Charles, Alexandre Barsse, Dorian Marques-Vigneron et Fergus Nevill. Ce dernier revenait d’ailleurs sur la préparation de ce championnat d’Europe : « Cette médaille, c’est un an de travail rendu compliqué par le Covid-19, donc on est vraiment heureux. »

Moira Boulore, Ilona Rey-Nouzaret, Gaia Chiavini et Jeanne Roche. © Damien Lataste-Mag Aviron

Les Bleuets n’ont également pas masqué leur joie de « croquer du bronze », celui obtenu par le quatre de couple féminin au nez et à la barbe de la Roumanie. « On avait la consigne de partir moins fort qu’hier, d’en garder sous le pied au 1 000 pour être en mesure d’attaquer. On s’est fait super plaisir sur la course, on a ramé comme on sait faire et c’est vraiment le reflet de ce que l’on a produit durant deux mois », expliquait Moïra Bouloré. Revoir la course procurera, à coup sûr, des frissons à ses compères Jeanne Roche, Gaïa Chiavini et Ilona Rey-Nouzaret.

Quatre bateaux n’ont pas décroché de médailles, mais occulter leur solidité durant le week-end serait faire injure à leurs performances. Les deux finalistes A issus des demi-finales disputées ce matin, les deux de couple féminin et masculin, ont respectivement pris la quatrième et la sixième place finale. Antoine Lefebvre et Cornelus Palsma n’ont pas tenu face aux coups dévastateurs de la concurrence, Mya Bosquet et Zélie Jacoulet ont vainement tenté de rattraper la Grèce, mais une chose est sûre, les deux équipages ont tout donné. Quant aux deux finalistes B, ils ont encore fait preuve de sérieux. Antoine Mahut et Armand Pfister, engagés après leur parcours handicap à Bellecin, ont cédé la dernière place qualificative aux Suisses en demi-finale avant de remporter leur finale B deux heures plus tard. Martin Bauer, Clément Assier, Nicolas Armenjon et Jules Cresson , « amers » après les repêchages hier, ont conclu leur participation serbe d’une bonne quatrième place dans une finale du quatre de couple sans très relevée et remportée par l’Espagne.

Au moment de tirer le bilan de l’édition 2020 et de quitter Belgrade, Yannick Schulte avouait qu’il « espérait une victoire en plus ». « Six médailles, c’est bien et intéressant. On a des bateaux qui évoluent sensiblement à leur niveau. Sur le résultat général, la journée est quand même bonne. » Les Bleuets, eux, troquaient leur visage froid pour un sourire radieux, et avaient le triomphe calme et modeste. Mais la vérité de l’après-midi ne sera peut-être pas celle de la soirée…

A Belgrade, Jérémie Bernigole

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Reconfinement, TDR annulées, un point sur les nouvelles mesures sanitaires

Lire l'article

Le quatre de couple s’est remis à l’eau à Joinville

Lire l'article
abonné

Le mouvement sportif français appelle à l’aide

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Un sac étanche Mag Aviron édition collector offert.

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Le collector des 10 ans de Magaviron vous est offert pour votre premier abonnement.

 

ABONNEMENT 
35€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine papier chez vous.

5 numéros papier & numérique

Accès à l’application Medias Aviron

 

ABONNEMENT 
25€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception de votre webzine trimestriellement dans votre espace abonné.

5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur