Stanislas Desgrippes, la chance de l’âge

28 Mar 2020

 

Stanislas Desgrippes fait partie du groupe qui devait défendre la qualification du quatre de couple pour les Jeux olympiques de Tokyo. L’échéance repoussée, il continue de jongler entre entraînements quotidiens et poursuite de ses études… à distance !

Pensionnaire du pôle de Lyon, le hasard a conduit Stanislas Desgrippes à être confiné en famille, à Reims. “J’étais venu passer un examen pour une école d’ingénieur, explique-t-il, je suis monté sur Reims le 13 mars et devais repartir à Lyon le 16. Les Régates rémoises ont fermé leurs portes le 15 mars et l’on m’a prévenu de la fermeture du pôle aussi. Thibaud Chapelle m’a dit de rester chez mes parents, mon club m’a fourni ce qu’il faut pour m’entraîner : ergomètre, barre, poids et élastiques”. Stanislas s’est alors appliqué à respecter le programme fédéral, avec l’ergomètre pour remplacer toute sortie sur l’eau. “C’est dur, l’essence de notre sport c’est l’extérieur ; là on se retire toutes nos sensations, ça freine l’envie, mais j’ai à l’esprit de ne pas vouloir gâcher et perdre tout ce que j’ai acquis”. Régulièrement, il a des contacts avec les entraîneurs du pôle : “Thibaud essaie de rendre les choses ludiques, on a aussi eu un programme de Jonathan Maillard pour la préparation physique avec une seule barre ou sans barre. C’est un peu à la dure”.
Confiné chez ses parents, Stanislas Desgrippes a aussi dû modifier ses automatismes : lui qui vit en appartement en colocation avec deux rameurs sur Lyon doit réapprendre à vivre avec ses parents, en confinement.
Pas simple aussi de continuer à suivre ses cours : il était reparti sur Reims avec le strict minimum, ne pensant pas y rester aussi longtemps. En DUT génie mécanique et productique, il ambitionne de poursuivre sur un cursus d’ingénieur, les concours ont eux aussi été chamboulés par les dispositions pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Le report des Jeux olympiques ne fut pas une grande surprise pour lui. “On s’y attendait, je suis juste attristé de ne pas pouvoir en découdre cet été pour la qualification. Je continue à m’entraîner, mais ce n’est pas évident de se motiver quand il n’y a plus d’objectif concret”. Même si Stanislas Desgrippes a pour lui son âge : moins de 23 ans, ce qui pourrait lui permettre, en cas de saison blanche pour les A et de maintien d’échéances U23, de rebasculer sur ce dernier groupe. “Il y a une bonne dynamique avec des jeunes seniors intéressants et si je me montre au niveau, pourquoi ne pas intégrer un bon projet, ce serait un réconfort”.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Marion Colard : la tête dans le guidon

Lire l'article
abonné

Déconfinement de l’aviron : des interrogations subsistent

Lire l'article
abonné

Bien manger, bien ramer, une recette qui fait foi

Lire l'article
abonné

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS