fbpx

bannière-collector

Duisbourg 2020 : les Bleus entrent dans la danse

5 Sep 2020

 

Le regattabahn de Duisbourg accueille ce week-end les championnats d’Europe U23. Une échéance très attendue pour les rameuses et rameurs espoirs, qui constituera leur seul rendez-vous de la saison.

quatre de couple français à duisbourg
Hugues Larchevêque, Stanislas Desgrippes, Benjamin Haguenauer et Romain Harat auront couru quasiment deux repêchages aujourd’hui, mais se sont qualifiés pour la demi-finale. © Eric Marie – Mag Aviron

Des championnats rendus possibles grâce à l’engagement des autorités locales qui ont travaillé de concert avec le comité d’organisation et les instances européennes de l’aviron : le seul endroit où l’on ne porte pas le masque, où l’on n’applique pas la distanciation physique, c’est sur l’eau, en course !
Onze bateaux français sont en lice ce week-end sur les vingt-deux disciplines que compte l’événement. 32 nations européennes ont répondu présent, témoignant à la fois de l’engouement que suscite cette compétition réinstaurée en 2017, mais aussi de l’envie des athlètes d’en découdre avant d’entamer une nouvelle saison.

Premières à s’élancer ici à Duisbourg, en course préliminaire du quatre barré féminin, Maya Cornut-Danjou, Adèle Brosse, Pauline Rossignol et Emma Cornelis et leur barreuse Elsa Taboulet. Une belle prestation qui affiche les prétentions des Françaises, avec une victoire importante pour l’attribution des lignes d’eau. “Il faudra confirmer sur la course demain, explique Maya Cornut, mais les compteurs seront remis à zéro et on va porter les couleurs de la France le plus haut possible”.

Course suivante, toujours en quatre barré, mais masculin pour Charlélie Rubio, Liam Brisson, Louis Chamorand et Téo Rayet, barrés par Julien Deck. Deuxièmes de leur série, ils ont dû passer par les repêchages l’après-midi. Et ils ont lâché les chevaux ! Au terme d’un duel avec le bateau roumain, ils ont remporté la course et s’aligneront donc en finale A demain matin. “Au passage du 1000, on était encore frais, note Téo Rayet, ce qui nous a permis de gérer nos adversaires la deuxième partie du parcours”.

Etienne François a quant à lui décroché son ticket pour la demi-finale du skiff poids léger masculin. Une course relevée dont il s’est assuré la deuxième place après le 1 000 du milieu.

Course suivante, celle du quatre de couple poids léger féminin. Un parcours pour l’attribution des lignes d’eau de la finale de demain pour Fanny Puybaraud, Inès Boccanfuso, Loanne Guivarc’h et Aurélie Morizot, qui ont terminé à la quatrième place.

Chez leurs homologues masculins, Pierrick Verger, Baptiste Savaete, Florian Ludwig et Corentin Amet ont mené la course d’un bout à l’autre du bassin, sans jamais être inquiétés par leurs adversaires. Ils ont décroché leur qualification directe pour la finale A demain. “On a fait une bonne course, commente Corentin Amet, mais il nous reste quelques points à améliorer pour faire la course parfaite. On garde la tête froide pour le moment, et les esprits déjà tournés vers la finale qu’il va falloir gagner”.

En quatre sans barreur féminin, Pauline Lotti, Marie Pachebat, Audrey Feutrie et Aurélie Bouchot ont terminé à la troisième place en série, synonyme de repêchage l’après-midi. Les quatre tricolores n’ont pas réussi à terminer dans les deux premiers bateaux du repêchage, et leur cinquième place les oriente vers la finale B demain matin.

Un seul ticket en série du deux sans barreur masculin qu’Etienne Juillet et Esteban Catoul n’ont pas pu décrocher avec leur troisième place. L’après-midi en repêchages, seuls les deux premiers équipages pourraient entrer en finale A. Leur troisième place, au terme d’une belle remontée, les enverra en finale B demain matin.

En série du deux de couple féminin, Clara Valinducq et Lucine Ahyi ont terminé à la cinquième place, ce qui les a envoyées en repêchages l’après-midi. Mais un incident est venu tout perturber. Alors que la course entrait dans les derniers 500 mètres, une collision entre un bateau moteur et l’embarcation suisse a tout arrêté. Le repêchage a été reporté à demain matin, 8 h 25.

Adam Le Gal et Anthony Girerd ont rivalisé avec les Hongrois en début de parcours, avant de les distancer et de s’emparer de la deuxième place — pour la conserver jusqu’en fin de parcours — derrière les Biélorusses et devant les Néerlandais de leur série du deux de couple masculin. Ils s’aligneront donc en demi-finale demain en début de matinée. “L’écart s’est creusé sur le train, explique Anthony Girerd, on a continué pour assurer la deuxième place et notre qualification par la même occasion, évitant ainsi les repêchages”.

Toujours en deux de couple masculin, mais chez les poids légers, Paul Tixier et Ferdinand Ludwig ont mis tout le monde d’accord, au terme d’une course pendant laquelle ils n’ont jamais été véritablement inquiétés et qu’ils ont remportée avec près de 4 secondes d’avance sur un équipage estonien batailleur. Direction la demi-finale demain matin pour les vice-champions d’Europe. “L’essentiel est là, explique Paul Tixier, on gagne et on arrive à gérer sur le deuxième 1000. On sait qu’on peut mieux faire, c’est le principal”.

Dernier bateau français à prendre le départ des séries, le quatre de couple français avec à son bord Hugues Larchevêque, Stanislas Desgrippes, Benjamin Haguenauer et Romain Harat. Les quatre Français ont terminé à la quatrième place de la course et devaient terminer dans les trois premiers pour s’aligner en demi-finales dans une catégorie où treize bateaux étaient engagés. Alors que leur repêchage était bien engagé, la course a été arrêtée, un bateau se trouvant dans les lignes d’eau. La course s’est tenue en fin de journée, avec une nouvelle physionomie : les tricolores, émoussés par un premier départ pour rien, ont tout donné et l’ont emporté et, avec cette victoire, décrochent leur ticket pour la demi-finale demain en milieu de matinée. La récupération sera importante pour l’équipage après ce nouvel incident dans l’organisation.

S’il faut attendre demain matin pour que le deux de couple féminin soit fixé sur son sort, ce sont d’ores et déjà huit bateaux français qui sont qualifiés pour la suite de la compétition, que ce soit en demi-finales ou en grandes finales. De quoi entretenir des espoirs de podiums, voire de titres.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Reconfinement, TDR annulées, un point sur les nouvelles mesures sanitaires

Lire l'article

Le quatre de couple s’est remis à l’eau à Joinville

Lire l'article
abonné

Le mouvement sportif français appelle à l’aide

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Un sac étanche Mag Aviron édition collector offert.

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Le collector des 10 ans de Magaviron vous est offert pour votre premier abonnement.

 

ABONNEMENT 
35€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine papier chez vous.

5 numéros papier & numérique

Accès à l’application Medias Aviron

 

ABONNEMENT 
25€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception de votre webzine trimestriellement dans votre espace abonné.

5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur