fbpx

bannière-collector

Ramer… envers et contre tout

25 Sep 2020

 

Ces premiers championnats d’aviron sur l’eau étaient une chance, un pari qu’il fallait à tout prix remporter. Mais la météo est venue s’en mêler.

Le départ du bassin de Graveines © Alexis Marie-MI Events

La pandémie de Covid-19 a mis à bas la quasi-totalité des calendriers de compétitions à travers le globe. Du côté des championnats d’Europe, le board européen a tenu bon, parvenant à maintenir ses trois rendez-vous.
Au niveau national, la Fédération française d’aviron a travaillé avec les différents comités d’organisation pour sauver ce qui pouvait l’être. Les championnats de France seniors et para-aviron n’avaient quant à eux pas eu besoin de changer de date, maintenus comme prévu les 26 et 27 septembre à Gravelines. Mais la FFA avait pour objectif d’offrir au maximum de ses licenciés la possibilité de se retrouver, enfin, sur l’eau. Il a donc été décidé de rajouter aux seniors et rameurs para-aviron les championnats de France masters avec leurs 44 disciplines. Un défi qui a impliqué de déborder du week-end pour englober le vendredi, avec 24 disciplines en masters qui devaient se tenir sur la journée.
Mais les prévisions météorologiques annoncées pour ce 25 septembre avaient, dans un premier temps, conduit les organisateurs à planifier l’ensemble des parcours sur la matinée, avec un premier départ anticipé à 8 h du matin, pour une fin prévue à 11 h 49. Là encore, le vent s’est invité à la fête et a malmené non seulement les bateaux sur le stade nautique Albert-Denvers, mais aussi la grille horaire. Alors qu’il n’y a encore que quelques jours, la France subissait une quasi-canicule, un temps de Toussaint s’installait dans le ciel de Gravelines.

Du côté des conditions sanitaires, tout avait été prévu pour répondre aux directives préfectorales. Quoi qu’il arrive, la compétition devait se tenir. Filtrage des entrées, port du masque, désinfection des matériels et gel hydroalcoolique à disposition en différents points du lieu de compétition… rien n’a été laissé au hasard. Et le masque n’a pas caché la joie des membres de la famille de l’aviron français de se retrouver enfin au bord d’un bassin. L’ambiance était toutefois très particulière, avec un public réduit à sa plus simple expression : seuls les compétiteurs de la demi-journée étant admis sur le site, et le vent agrémenté d’une pluie fine et pénétrante ont eu raison des bonnes volontés, rendant les abords du plan d’eau et du village des exposants déserts.

Finalement, les stratus et nimbostratus étaient davantage à craindre que le coronavirus.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Reconfinement, TDR annulées, un point sur les nouvelles mesures sanitaires

Lire l'article

Le quatre de couple s’est remis à l’eau à Joinville

Lire l'article
abonné

Le mouvement sportif français appelle à l’aide

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Un sac étanche Mag Aviron édition collector offert.

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Le collector des 10 ans de Magaviron vous est offert pour votre premier abonnement.

 

ABONNEMENT 
35€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine papier chez vous.

5 numéros papier & numérique

Accès à l’application Medias Aviron

 

ABONNEMENT 
25€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception de votre webzine trimestriellement dans votre espace abonné.

5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur