Belgrade J3: l’équipe de France féminine à l’épreuve de la concurrence internationale

3 Juin 2018

 

​Ainsi s’achève la troisième et dernière journée de coupe du monde à Belgrade pour l’équipe de France féminine.  L’occasion pour le collectif, à l’issue du long chemin de sélection nationale, de présenter de nouveaux équipages, de mettre ses nouvelles embarcations à l’épreuve de la concurrence internationale et de dérouler sa stratégie, avec en ligne de mire la qualification olympique en 2019. Une coupe du monde placée sous le signe du travail qui n’aura malheureusement pas vu les efforts des équipages tricolores se concrétiser par des podiums, mais qui n’est qu’une étape dans la logique à long terme de montée en puissance du collectif féminin lequel souhaite montrer qu’il a les moyens de ses ambitions : envoyer quatre bateaux à Tokyo. Une invitée de marque aura d’ailleurs pu en attester, puisque Laura Flessel, ministre des sports, en déplacement à Belgrade, aura fait un détour par le lac de Sava.  ​Finale A du deux de couple poids léger féminin (4e)
L’absence des championnes du monde en titre roumaines et de l’embarcation néo-zélandaise n’aura en rien joué à la baisse sur la densité de la finale du deux de couple poids léger, une des courses marquantes de la journée pour le camps français. Claire Bové et Laura Tarantola, parties la fleur au fusil, auront fait appel à tout leur talent pour en être un des acteurs majeur et fortement contribué à y élever le débat. Si l’arithmétique des demi-finales pouvait au premier abord faire espérer un podium pour le camps français, la 4e place de la paire ne doit pas occulter une « course magnifique » selon les dires de Christine Gossé, cheffe de secteur, qui nous rappelle volontiers le palmarès de leurs concurrentes dans cette catégorie, notamment du côté des néerlandaises (Ilse Paulis, la nage de ce double est tenante du titre olympique, et Marieke Keijser championne du monde en titre en skiff poids léger -23). Parties fort, mais “sans se cramer” selon Laura Tarantola, puis solides dans la 1000 du milieu, leur point fort, elles auront trouvé les ressources pour sortir un enlevage convaincant, quoiqu’insuffisant pour contrer le retour en trombe des sud-africaines. L’équipage a passé un cap par rapport à la saison passé, en atteste cette 4e place, leur meilleur résultat jusqu’à présent, même si selon Bové et Tarantola, il leur reste quelques petits crans à prendre pour monter sur le podium. La leçon est apprise, et maintenant « il faut qu’on arrive à (la) recracher leçon pendant le contrôle” nous explique Claire Bové, avec un certain sens de la formule. La déception n’est pas au programme pour cet équipage déterminé, et déjà tourné vers la prochaine échéance, la coupe du monde de Lucerne.
 
Résultat: NED, RSA, GBR1, FRA, SUI, USA1 Finale A du quatre de couple féminin (5e)
« Une aventure qui démarre ». Les mots trouvés par Christine Gossé pourraient résumer la dynamique de cette embarcation, composée d’Elodie Ravera-Scaramozzino, Noémie Kober, Camille Juillet et Anne-Sophie Marzin.
La première sortie internationale de cette composition se solde par une 5e place, derrière d’intouchables néerlandaises, polonaises et allemandes, patronnes de cette catégorie. Après une série éliminatoire qui avait agréablement surpris leur entraîneur Vincent Gazan, et un repêchage fougueux qui avait mis le sourire aux lèvres des rameuses, ces dernières n’ont pas réussi en finale à entraver l’envolée vers le podium des équipages de tête. Le bilan est néanmoins positif pour cette embarcation, qui a « sorti de bonnes choses », selon Christine Gossé, fine connaisseuse de cette embarcation, et qui rappelle le travail de longue haleine qu’est la construction d’un quatre de couple. 

 Résultat : NED, POL, GER, CHN,  FRA, RUS Finale B du deux de couple féminin (2e, 8e au général)
Finir sur une victoire. Telle était le mot d’ordre pour Marie Jacquet et Hélène Lefebvre, passées malheureusement à la trappe samedi en demi-finale. L’équipage tricolore, nouvellement constitué, dû finalement concéder la 7e place au classement général à l’équipage suisse, auteur d’un enlevage détonnant, pour…0,09 secondes, après avoir mené la course de bout en bout. Une pointe de déception pour une embarcation attendue dans la course aux médailles et pour les rameuses qui n’ont pas encore réussi à trouver les solutions pour figurer aux avant-postes de cette catégorie. Avant-postes occupés en finale A par de très belles embarcations néerlandaises, allemandes et lituaniennes.
 
Résultat : SUI, FRA, IRL, HUN, KOR, CHN2 ​Finale B du quatre sans barreur féminin (3 e, 9e au général)
L’équipe hollandaise, non contente d’avoir réalisé le doublé en quatre sans barreur masculin, réitéra l’exploit en quatre sans barreur féminin. C’est un troisième équipage hollandais que durent affronter les rameuses du quatre sans barreur français en finale B. Course dont Marie le Nepvou, Flavie Bahuaud, Alice Mayne et Julie Voirin prirent la troisième et ultime place. Les clés d’un résultat plus en accord avec leurs ambitions se trouvent peut-être du côté des Landes et de Soustons, où le prochain stage se déroulera du 15 au 25 juin, avec les eaux du Rotsee de Lucerne en ligne de mire.
 
Résultat : NED3, GBR1, FRA
La patronne du secteur féminin nous rappelle sa vision pour le groupe, et notamment du coté des coupleuses: « je suis persuadée qu’à terme on peut être performant en double et en quatre de couple ». Gageons que deux années suffiront à transformer l’essai et que ce week-end dans les Balkans aura apporté des premiers éléments de réponse.   François Bourquin

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

34e Traversée de Paris

34e Traversée de Paris

Lire l'article
Deux médailles pour les Français aux Europe U23

Deux médailles pour les Français aux Europe U23

Lire l'article
Une course pour Hugo

Une course pour Hugo

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS