Cazaubon 2017 : bilan du DTN

18 Avr 2017

 

La composition de l’équipe de France devrait être connue sous peu. Après la dernière finale le 16 avril, le directeur technique national, Patrick Ranvier, a tiré un premier bilan des championnats de France bateaux courts.
 
Le lac de l’Uby a rendu son verdict. Le directeur technique national, Patrick Ranvier, après consultation de ses chefs de secteurs, va bientôt rendre le sien et dresser la liste des athlètes retenus en équipe de France, mais il a tiré les premiers enseignements de ce rendez-vous incontournable dans la saison.
“En année post-olympique, je ne pensais pas des championnats avec une telle densité, commence Patrick Ranvier, ceux que l’on s’attendait à voir sont présents, tous sont motivés et on a pu avoir des championnats de bonne qualité”.
 
Juniors
Si certains jeunes étaient déjà présents dans les rangs tricolores la saison dernière, de nouveaux ont fait leur apparition sur les podiums de Cazaubon. “La densité en juniors semble satisfaisante, poursuit Patrick Ranvier, les temps réalisés sont corrects, nous avons vu de belles choses, de belles embarcations, mais il faut rester prudent, de bons temps ne sont pas toujours synonymes de qualité”. Les rameurs juniors sélectionnés prendront part aux championnats d’Europe, à la régate de Hambourg puis aux mondiaux à Trakai en août.
 
Handi-aviron
De nombreuses incertitudes planent sur le secteur handi-aviron, avec des blessés (Rémy Taranto, Céline Aubert) et des rameurs incertains sur la saison. “Fabien Saint-Lannes a fait part de son intention de prendre une année sabbatique, Stéphane Tardieu a annoncé vouloir prendre sa retraite de l’aviron. La densité est faible, il y a beaucoup de brassage chez les LTA. Perle Bouge est quant à elle au sommet de sa forme. Vraisemblablement, on s’oriente vers un double TA et un double LTA cette saison qui seront testés à Gavirate”.
 
Seniors femmes
La stratégie en ce début d’olympiade s’oriente davantage vers la couple que la pointe, ce qui a conduit à présenter de nombreuses rameuses en skiff et nourrit quelques incertitudes sur le deux sans barreur, avec la belle performance de Léa Duret et Claire Chanut. Côté poids léger, avec la domination de Laura Tarantola et le beau résultat de Claire Bové, le DTN pense à un double poids léger cette saison. “Du côté des skiffeuses, on a assisté à une belle finale qui redistribue les cartes de fort belle manière. On voulait voir les meilleures les unes contre les autres. On s’oriente vers un double et un quatre de couple, en ne sachant pas encore lequel sera le bateau n°1”.
 
Hommes poids léger – skiff
Le travail dans la durée, tel est le leitmotiv de la Fédération. “La hiérarchie est semblable à celle de 2016, on conserve la priorité d’un double performant, la France a un rang à tenir dans cette catégorie”.
 
Hommes – skiff
“Comme chez les femmes, la hiérarchie a été bousculée avec Matthieu Androdias qui s’est blessé, mais dont le niveau sportif n’est pas à remettre en question. La densité est là, les temps sont intéressants. Les jeunes qui étaient en finale A ont aussi fait une belle impression, comme Bastien Quiqueret qui a été conquérant et déterminé, avec de l’ambition, et Maxime Ducret qui revient bien lui aussi”.
 
Hommes – deux sans barreur
“La hiérarchie est celle qu’on aurait pu imaginer, avec Valentin et Théophile Onfroy mais aussi Benoît Brunet et Benoît Demey. Edouard Jonville et Julien Montet ont réalisé une performance au-dessus de ce que l’on pouvait attendre. Le résultat de Thomas Baroukh et Thibault Colard, mais aussi celui des frères Turlan, est intéressant. Mais il est encore trop tôt pour savoir quoi faire”.
 
Avant de rencontrer ses chefs de secteurs, le directeur technique national avait tout de même quelques certitudes sur la saison. “Il n’y aura a priori pas de huit en moins de 23 ans. Je veux que nos meilleurs jeunes montent sur des podiums et décrochent des médailles. Plus globalement sur le huit, je reste persuadé qu’on avait le potentiel sur la précédente olympiade d’en construire un, maintenant on est plus faible. Il ne serait pas judicieux de réunir nos meilleurs rameurs de couple et de pointe, mais on ne perd pas de vue de faire un huit”.
C’est aux championnats d’Europe que les embarcations qui vont être constituées très prochainement seront testées.

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Lire l'article
Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Lire l'article
Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Lire l'article
abonné

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS