De l’or, mais aussi des larmes

29 Mai 2016

 

Nouvel équipage, nouvelle médaille : pour la cinquième fois d’affilée, le deux de couple poids léger français a remporté l’étape suisse de la coupe du monde d’aviron. Un record international dans l’histoire de l’embarcation.
 
Ils étaient attendus sur le Rotsee : par leurs concurrents, par le public et les supporters français mais aussi par l’encadrement de l’équipe de France. Jérémie Azou et Pierre Houin ont remporté chacune de leurs courses ce week-end à Lucerne, il ne pouvait en être autrement pour la finale. Et pourtant le niveau de la concurrence est des plus relevés, avec des embarcations qui, peut-être, pensaient pouvoir bénéficier du changement d’équipage pour empêcher les Français de monter sur la première marche du podium. Ils auront essayé au moins, car les Français n’ont pas laissé s’installer le moindre doute dès le début de la course, qu’ils ont maîtrisée de bout en bout, remettant une couche supplémentaire sur la fin du parcours pour l’emporter avec plus d’une longueur d’avance sur les Norvégiens, suivis quant à eux par les Sud-Africains. “On avait ça en tête, commente Pierre Houin, j’ai punché comme je suis capable de le faire en skiff. Aux 1 000 on est partis devant. On s’est alignés avec l’envie, le coach nous a remontés avant la course, ça nous a galvanisés”. Un cran pris lors de cette finale, confirmé par Jérémie Azou : “Le briefing avec Alexis a beaucoup joué, Pierre a fait une super course. Je suis content personnellement car c’est une cinquième victoire à Lucerne, mais aussi collectivement car Pierre a trouvé des repères, il fallait qu’il voit qu’il est autant leader que moi dans le bateau”. Dans 65 jours, le deux de couple poids léger retrouvera les mêmes adversaires à Rio.
 
Une décision sportive simple, humainement difficile
 
Stany Delayre le réclamait sans détour depuis longtemps : “Il faut que la décision sur l’équipage soit prise à Lucerne, après la course. Le bateau qui va aller aux Jeux doit pouvoir travailler sereinement, sans épée de Damoclès au-dessus de la tête”. Refusant ainsi tout nouveau test à Poznan. L’encadrement s’est donc réuni le dimanche après-midi pour examiner tous les aspects à prendre en compte. Jérémie Azou avait donné son avis en début de saison, et a clairement exprimé le désir de ne pas le redonner à ce moment crucial qui allait être douloureux pour l’un des deux rameurs en lice pour monter à ses côtés dans le double poids léger. La décision est tombée vers 14 h 30. “On a tous pleuré au moins une fois aujourd’hui, commente Jérémie Azou, mais pas au même moment”. Le chef du secteur poids léger, Jérôme Déchamp, a annoncé la nouvelle aux athlètes : Pierre Houin reste dans le bateau et prendra donc part aux Jeux olympiques de Rio. Une expression pleine de gravité sur le visage de chacun des rameurs, même sur celui de l’heureux élu. L’heure n’est pas encore aux réjouissances pour Pierre Houin : “C’est une décision qui soulage mais sans soulager car elle fait du mal à l’un d’entre nous. J’ai envie d’être content, mais ça ne me fait pas plaisir. J’ai trop de respect pour Stany pour me réjouir pour l’instant”.
 
Le quatre sans barreur poids léger courait ce matin sa finale. Alignés contre Franck Solforosi, Thomas Baroukh, Thibault Colard et Guillaume Raineau l’élite mondiale de la discipline. Après un bon départ qui les plaçait en tête aux premiers 500, le bateau tricolore a peu à peu cédé du terrain pour finalement se classer quatrième. “On a fait un parcours plein, commente Thibault Colard, cette course est la meilleure du week-end. On n’est pas encore au point, il reste du travail à effectuer pour ne pas se faire décrocher. On se sentait bien mais on s’est crispés quand c’est devenu dur. C’est notre problème, mais il reste la coupe du monde de Poznan pour travailler. On est quatrièmes ici mais pas si loin, ça reste possible”.
 
Dernier bateau français à courir en finale A, le deux de couple féminin avec Hélène Lefebvre et Elodie Ravera-Scaramozzino. Parties dans le paquet, elles pointaient à la troisième place au passage du premier 500. Les deux tricolores sont restées dans la bagarre jusqu’au bout, même si c’est une cinquième place qui est venue conclure leur parcours à Lucerne. “C’est frustrant car elles n’étaient pas aussi toniques que d’habitude, commente Christine Gossé, ça se voyait au rythme des palettes. Elles sont à six secondes seulement en ratant la course”. De bon augure pour la suite.
 
Résultats des finales B

  • Deux sans barreur féminin : Marie Le Nepvou et Noémie Kober ont terminé à la deuxième place de la finale B (8e rang de la manche de coupe du monde).
  • Skiff masculin : Thibaut Verhoeven a terminé à la quatrième place (10e rang de la manche de coupe du monde).
  • Deux sans barreur masculin : Germain Chardin et Dorian Mortelette ont remporté la finale B (7e rang de la manche de coupe du monde).
  • Deux de couple masculin : Hugo Boucheron et Matthieu Androdias ont remporté la finale B (7e rang de la manche de coupe du monde).

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Le déroulement des World Rowing Awards 2019

Le déroulement des World Rowing Awards 2019

Lire l'article
Jean-Christophe Rolland et Michel Andrieux promus Gloires du Sport

Jean-Christophe Rolland et Michel Andrieux promus Gloires du Sport

Lire l'article
Europe juniors : une seule médaille pour les Bleuets

Europe juniors : une seule médaille pour les Bleuets

Lire l'article
abonné

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS