JO : le quatre sans barreur poids léger officiellement supprimé

14 Juin 2017

 

Un quatre sans barreur féminin français lors de la coupe du monde de Lucerne en 2014. © Eric Marie-Médias Aviron La FISA l’a annoncé sur son site Internet le 12 juin : le bureau exécutif du Comité international olympique a défini le programme des Jeux de Tokyo 2020 avec un changement pour l’aviron.
 
C’était une décision très attendue, même si on ne se faisait aucun doute sur son contenu. En effet, lors du congrès du mois de février à Tokyo, la FISA avait proposé un nouveau programme olympique, visant à atteindre la parité parfaite entre les épreuves masculines et féminines : la suppression du quatre sans barreur poids léger, remplacé par le quatre sans barreur féminin. Une proposition qui, si elle avait des partisans, avait rencontré une certaine opposition de certaines fédérations nationales, dont la FFA, qui avait soutenu une contre-proposition : la suppression du quatre sans barreur masculin TC. Le congrès avait retenu la proposition du comité exécutif de la FISA, sans grande surprise mais sans grand consensus non plus.
Si certains se réfugiaient derrière la décision du CIO, qui aurait pu revoir la copie de la fédération internationale, le suspens n’était pas vraiment au rendez-vous. En effet, le Comité international olympique a suivi la FISA dans sa proposition de programme, établissant ainsi l’égalité hommes-femmes dans le nombre d’épreuves et d’athlètes. Le nombre de ramerurs et rameuses a également été revu à la baisse : il ne sera que de 526 contre 550 à Rio en 2016. “C’est le résultat d’un processus long et transparent de discussions avec toutes les parties prenantes, rappelle Jean-Christophe Rolland, président de la FISA, lors de réunions ouvertes et avec de multiples propositions et, en parallèle, en comprenant les questions clés du CIO lors d’échanges constructifs. Nous sommes fiers de la parité tant en nombre d’épreuves que d’athlètes pour le programme olympique”.
Un objectif certes honorable, indispensable, mais qui ne doit pas faire oublier une autre implication, de taille : avec le quatre sans barreur poids léger, c’est tout simplement la pointe dans cette catégorie de poids qui disparaît du programme olympique. Si l’épreuve est toujours inscrite au programme des championnats du monde, les fédérations nationales vont sans aucun doute revoir leur copie dans leur programme de compétitions. En France, certains athlètes ont déjà fait le choix de passer en toutes catégories, comme les médaillés olympiques Thomas Baroukh et Thibault Colard. D’autres, comme Franck Solforosi, avaient choisi d’attendre une saison de plus. On comptait ainsi déjà quatre deux sans barreur poids léger de moins à Cazaubon cette année par rapport à 2016 ; un chiffre certainement appelé à baisser davantage en 2018.

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Nouvelle série noire à Rotterdam

Nouvelle série noire à Rotterdam

Lire l'article
La médaille française du week-end vient des poids légers

La médaille française du week-end vient des poids légers

Lire l'article
Orage, vent, pluie… Rotterdam !

Orage, vent, pluie… Rotterdam !

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS