Lucerne 2017 : une équipe de France combative sur le Rotsee

8 Juil 2017

 

L’équipe de France aura eu fort à faire sur le Rotsee à l’occasion des demi-finales. Au delà de la chaleur étouffante, les équipages auront dû faire face à une une concurrence farouche pour se frayer un chemin en finale. Epreuve réussie pour cinq équipages en catégories olympiques. A noter la formidable performance du secteur féminin, puisque ce n’est pas un mais deux de couples qui joueront la course aux médailles demain sur le Rotsee.  Crédit photo: Daniel Blin Du côté des catégories non-olympiques, les LXMEN ​apportent à la flotte française sa première médaille de la compétition. L’équipage du quatre de couple PL aura ainsi remporté l’argent, de bon augure pour la journée de finales, qui s’annonce pleine de rebondissements, tant pour le camp français que pour les différentes nations présentes.

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

L’équipe de France, décidément nation du bateau court! Thibaut Colard et Thomas Baroukh, médaillés aux Jeux Olympiques de Rio en LM4- et les frères Onfroy, reliquat de M4- olympique, ont marqué les eaux du Rotsee par leur performance. Les premiers  auront livré une bataille hargneuse avec l’équipage espagnol pour la 3e place de leur demi-finale, cette dernière revenant malheureusement à l’équipage ibérique. Ce sera une finale B pour cet équipage, maintenant converti au “Toute Catégorie” suite à l’enterrement malheureux du quatre sans poids léger, et qui n’avait pas pu s’aligner sur la précédente étape de coupe du monde à Poznan. Ils auront à coeur de marquer les esprits demain face aux équipages britanniques et tchèques.
Valentin et Théophile Onfroy, alignés dans la deuxième demi-finale contre les frères Sinkovic, ont assuré leur place en finale au terme d’une course de haute volée face aux champions olympiques en double. Avec la consigne, nous explique Samuel Barathay, leur entraîneur, « d’aller chatouiller » les croates. Preuve en est, les champions olympiques en deux de couple se trouvèrent contrariés par les frères verdunois, qui les empêchèrent d’effectuer leur gros départ, leur signature. Samuel Barathay souligne le « début de parcours très appuyé » de la paire française, qui le payera sur la fin de parcours. Les frères Onfroy apportent la première finale française dans cette catégorie depuis 2013, et assurent fermement la relève du duo Chardin-Mortelette.
Finale B : CAN, CZE, GBR, FRA2, BLR
Finale A : ROU1, NED, CRO, FRA1, ROU1, CAN Crédit photo: Daniel Blin L’apprentissage continue pour la paire finaliste aux championnats d’Europe en deux sans barreur féminin. Léa Duret et Claire Chanut, alignées en repêchage suite à leur série de vendredi, n’auront pas su trouver les clés pour aller chercher leur place en finale. 5e à l’issue de leur course, elles devront s’aligner en finale B demain.
Finale B : KOR, GER, GBR2, FRA Crédit photo: Daniel Blin Même sort réservé au quatre sans féminin en repêchage. Flavie Bahuaud, Alice Mayne, Adèle Brosse et Pauline Bugnard se sont inclinées à la 5e place à l’issue de leur course, non sans avoir livré bataille jusqu’au bout. Auteures du 2e meilleur dernier 500m, elles ont presque réussi à contrarier la qualification de l’équipage britannique. Un équipage plein de promesses, qui montera sûrement en puissance en accumulant les kilomètres d’ici les championnats du monde. 
Résultat : POL, CAN, NED, GBR, FRA

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Enorme sensation en deux de couple, puisque les deux duos, pourtant alignées dans la même demi-finale, se qualifient pour la finale A. D’aucuns auraient pu penser que leurs chances de se qualifier s’en seraient trouvé réduites. Que nenni, puisque les deux doubles offrirent au camp français une qualification de haute volée, accaparant la 1ere (Lefebvre/Ravera-Scaramozzino) et la 3e  place (Kober/Le Nepvou). Les quatre représentantes françaises aux Jeux Olmpiques de Rio vont donc livrer bataille ensemble pour les médailles, face aux redoutables néo-zélandaises, australiennes et autres lituaniennes, qui devront s’en inquiéter. Preuve s’il en faut de la vitalité du secteur féminin français, qui ne laisse augurer que le meilleur pour la suite.
Finale A : AUS, USA, FRA1, NZL, LTU, FRA2
Crédit photo: Daniel Blin Après une entame de compétition plus que convaincante, le quatre sans barreur français nous offre une nouvelle qualification en finale. L’équipage, régulièrement finaliste au cours de la saison, réussit, au terme d’une course très engagée, à fermer la porte de la finale à l’équipage russe (3e des championnats d’Europe, au nez et la barbe des tricolores), et confirme les progrès effectués au fil des compétitions.
Une course « physiquement bien engagée » nous confirme Edouard Jonville, « le niveau de compétition l’exige » poursuit-il, puisque les meilleurs nations de la catégorie on répondu présent. Edouard Jonville, Julien Montet, Benoît Brunet et Benoît Demey ont ainsi bien récupéré de leur expérience à Henley il y a quelques jours, où ils avaient dû s’incliner face à l’équipage britannique -23. Ils retrouveront entre autres les britanniques, les néerlandais et les italiens, ainsi que les sud-africains.
Finale A : ESP, RSA, GBR1, NED1, ITA, FRA

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Les patrons continuent leur oeuvre, course après course. Les champions olympiques de la catégorie, Pierre Houin et Jérémie Azou ont assuré leur qualification en finale avec brio, en reléguant leurs poursuivants à plus de quatre secondes, réalisant ainsi un temps similaire à l’équipage transalpin, vainqueur de l’autre demi-finale, même si les italiens, nous explique Samuel Barathay, « se sont plus tiré la bourre ». La concurrence fera tout son possible pour inquiéter l’équipage tricolore sur la première partie de course en finale, mais gageons que la série de victoires inédite de Jérémie Azou sur le lac des dieux ne s’en trouvera pas interrompue. 
Finale A : IRL, BEL, ITA, FRA, CZE, GRE

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Coup d’arrêt à la progression du quatuor français en M4X. Hugo Boucheron, Matthieu Androdias, Thibaut Verhoeven et Mickael Marteau, auteurs d’une très belle série éliminatoire encore la veille, et privés de qualification directe par les lituaniens champions d’Europe en titre, auront, après un âpre combat, dû concéder leur place qualificative aux néerlandais et au italiens, non sans amertume face aux transalpins, plutôt jubilants et expressifs une fois passée la ligne d’arrivée. Les quatre français, promis à mieux, devront disputer la finale B sur le Rotsee, tout comme les allemands, avec Tim Grohmann à bord, champion olympique en 2012 à Londres dans cette catégorie. Une finale qui ne devrait en rien contrarier leurs ambitions pour les mondiaux de Sarasota.
Finale B : USA, EST, GER, FRA, NOR, INA 
Crédit photo: Daniel Blin La jeune grenobloise peut rentrer de Suisse pleinement satisfaite. Une finale A en skiff poids léger pour Laura Tarantola qui vient conclure un week-end sérieux, et pleinement engagé de la tricolore, plus habituée cette saison à courir en deux de couple avec sa coéquipière Claire Bové. Une belle 6e place face à de très sérieuses concurrentes, qui clôture donc le parcours de la française sur le lac des dieux.
Résultat : RSA, NED, SUI, USA, SWE, FRA

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

A l’image de leur finale à Cazaubon, le duo Raineau/Faucheux aura effectué un départ sur les chapeaux de roue en finale du LM2- à Lucerne. Malgré leur expérience, engrangée jadis dans cette embarcation, tant au niveau national que sur la scène internationale (4e aux championnats du monde de Munich en 2007!), la paire n’aura pas su trouver la solution pour dénier aux irlandais la victoire. Une 5e place pour la paire.
Résultat : IRL, RUS, BRA, GBR, FRA, NOR

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Nouvelle sortie pour les LXMEN, et nouvelle médaille! Première pour la flotte française à Lucerne. Emmenés d’une main de maître par le très expérimenté Stany Delayre, Maxime Demontfaucon, Damien Piqueras et François Teroin seront allé chercher la médaille d’argent au forceps, en témoigne leur état sur le podium. L’or finira dans l’escarcelle des italiens. 3e au passage de la mi-course, l’équipage transalpin, auteur d’une course d’attente, et renforcé notamment par l’ajout de Martino Goretti du LM4- et Andrea Micheletti du LM2x, aura pris son envol lors du 2e mille pour s’octroyer la victoire. Un engagement des français qui force le respect. Les quatre LXMEN réalisent une bonne course, nous explique Stany Delayre, face à un bateau que certes ils n’attendaient pas à ce niveau au vu de leur repêchage. L’embarcation française est certes occupée par des rameurs de grande expérience (Maxime Demontfaucon notamment, multi-champion du monde en -23 et senior dans cette catégorie), elle n’en est pas moins jeune en terme de kilométrage et de nombre de sorties. Gageons que l’été et les différents stages feront prendre une cran au quatuor en vue de Sarasota. Stany Delayre nous énonce l’objectif pour ces championnats du monde : « redevenir champion du monde dans la catégorie ». Le message semble être passé.

A noter le joli clin d’oeil de ce beau quatuor à la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024, qui, en filigrane, trotte dans l’esprit des rameurs français:  Crédit photo: Daniel Blin Résultat : ITA, FRA, CZE, GER, AUS, NED Le programme des français du dimanche 9 juillet  (finales retransmises en direct sur WorldRowing)
• 9h00 : Finale B du W2-
• 9h05 : Finale B du M2- (Baroukh/Colard)
• 9h45 : Finale B du M4x
• 10h33 : Finale A du M2- (Onfroy/Onfroy)
• 14h03 : Finale A du M4-
• 14h18 : Finale A des W2x (Le Nepvou/Kober ; Ravera/Lefebvre)
• 14h48 : Finale A du LM2x
François Bourquin 

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Lire l'article
Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Lire l'article
Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Lire l'article
abonné

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS