Matthieu Androdias, bayonnais dans les murs de l’Aviron toulousain

18 Fév 2015

 

Matthieu Androdias retrouve peu à peu ses marques à Toulouse, après un début d’année compliqué.

Après le stage de Soustons en décembre, Matthieu Androdias avait fait part de son état de souffrance quant au projet du huit fédéral et avait annoncé qu’il ne prendrait pas part au déplacement à Séville. Comme pour son coéquipier de l’Aviron bayonnais Julien Despres, la décision du DTN est tombée : suspension du collectif France. Mais c’est la suite qui l’a surpris. “Les représentants de mon club sont allés à la Fédération, explique Matthieu, le climat était bon et ouvert au dialogue, à l’échange. Julien s’est lui aussi rendu à la FFA ; je n’ai pas pu y aller, étant en semaine d’examen à l’INSA”. La semaine suivante, un courrier lui annonce sa suspension du pôle France de Toulouse et l’interruption des aides financières fédérales dont il est destinataire. “A partir de ce moment, il a fallu que je retrouve une structure et de la stabilité, afin de ne pas perdre de temps par rapport à mon volume d’entraînement”. Le rameur s’est donc rapproché des dirigeants de son ancien club, l’Aviron toulousain, à quelques mètres du pôle. “Cela m’a soulagé de discuter et de me réconcilier avec eux, on ne s’était pas quittés dans les meilleurs termes. Leur geste me permet de m’entraîner en bénéficiant de leur structure”. L’INSA, où il bénéficie d’un cursus adapté depuis son entrée pour s’aménager des horaires d’entraînement, lui a réaffirmé son soutien.

C’est dans ce contexte délicat que le test ergo de février s’est profilé. “J’ai fait 5 minutes 59 secondes, commente-t-il, j’étais usé par l’accumulation des événements et on ne peut pas tricher avec l’état de forme. Mais je ne suis pas plus inquiet que ça. J’ai retrouvé une bonne stabilité en m’entraînant à l’Aviron toulousain, j’ai aussi fait un gros travail avec Julien Despres en skiff et en double”.    
Matthieu Androdias reprend le dessus après ce qui s’est passé. “Etant donné le contexte, après le rendez-vous des dirigeants de mon club à la FFA, je ne m’y attendais pas. La décision est arrivée subitement et de manière incompréhensible ; j’ai été blessé de la façon dont ça s’est passé, et surtout de la personne pour qui on essaie de me faire passer. Mais j’ai rebondi. Je tâcherai de justifier mes ambitions sportives par mes performances”.

Rendez-vous est pris pour les bateaux courts. “Je suis attendu, j’espère que le dialogue se rouvrira et que peut-être on pourra envisager un autre bateau, en couple”. Il en parlait déjà en avril dernier : le skiff est toujours dans son esprit. “C’est un bateau qui me fait vibrer, qui demande un apprentissage par rapport aux autres embarcations. Si je m’inscris dedans, c’est un projet sur plusieurs années, je ne l’envisage peut-être pas tout de suite”. C’est vers le double que son regard se porte : “On peut avoir des résultats rapidement. On a essayé avec Julien Despres, on partage la même vision du geste, de l’aviron, je serais enthousiaste de le faire avec lui”. Les deux athlètes, qui s’étaient rapprochés avec l’aventure du huit, ont connu les mêmes déboires suite à leur suspension du collectif France. “Cela a mis en lumière qu’on a la même vision des choses”.
Ils se sont déjà donné rendez-vous à Cazaubon en avril, où ils seront alignés l’un contre l’autre en skiff.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Les masters au rendez-vous de Vichy

Les masters au rendez-vous de Vichy

Lire l'article
Poznan 2019 : une bérézina pour l’équipe de France

Poznan 2019 : une bérézina pour l’équipe de France

Lire l'article
Poznan 2019: L’équipe de France prend la foudre

Poznan 2019: L’équipe de France prend la foudre

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS