Patrick Ranvier : “On ne renonce pas à mi-parcours”

4 Nov 2014

 

La nouvelle est tombée officiellement en fin de matinée, par un communiqué de presse de la Fédération française d’aviron, mais elle avait déjà été annoncée par un de nos confrères, l’Equipe, dans son édition du 4 novembre : Yvan Deslavière remplace, à compter d’aujourd’hui, Daniel Fauché dans ses fonctions de chef de secteur hommes toutes catégories. Il assurera en outre directement les fonctions de sélectionneur et entraîneur du huit français. Le huit, le sujet de la discorde entre l’ancien chef de secteur et le directeur technique national Patrick Ranvier qui a poussé ce dernier à changer la donne à la tête des hommes TC. “C’est une accumulation de petites choses qui m’ont conduit à considérer cette décision comme inéluctable, explique Patrick Ranvier, sans remettre en question les qualités de Daniel en tant qu’entraîneur. Mais il n’a pas réussi à entretenir cette dynamique autour du projet de construire un huit performant, il est plutôt en phase de renoncement et passe à autre chose. On ne renonce pas à mi-parcours, on pourrait le faire si on avait démontré que c’est une utopie”.

Le 13 octobre, pendant une réunion bilan, l’encadrement fédéral avait fait le constat que tous les atouts n’avaient pas été réunis pendant la saison qui vient de s’achever. “Chacun a un peu failli à un moment, poursuit le DTN, on n’a pas tout fait pour y parvenir, chacun à notre niveau, que ce soit à la DTN, à la Fédération, dans l’encadrement ou au niveau des rameurs”. Alors que le huit demeure le projet phare de l’olympiade pour la FFA avec des objectifs ambitieux confirmés dans le communiqué de presse de ce jour, le DTN n’a semble-t-il plus senti la même motivation dans ses rangs. “Il ne faut pas partir dans le flou, on se raccrochait désormais à d’autres bateaux comme le deux sans, le quatre sans, le quatre de couple. On a déjà réussi dans ces bateaux par le passé certes, mais on peut tout aussi bien échouer : on n’a pas plus d’assurance de réussir dans ces embarcations que dans le huit. Je reste convaincu que l’on peut faire un grand huit français, la qualification n’est pas tout, elle ne m’intéresse pas en elle-même : on ne fera pas une médaille aux JO avec une dixième place aux championnats du monde, même si la place était qualificative. Daniel Fauché m’a écrit que ce n’était plus envisageable de poursuivre dans cette direction”.

“Un huit pour Rio, mais avec des espoirs pour 2020”

Daniel Fauché a tiré le bilan de sa saison, comme chaque année, avec le DTN. “Quand j'ai accepté la mission de chef du secteur hommes TC, explique Daniel Fauché, je savais que le huit était le bateau prioritaire, tous secteurs confondus et j'ai accepté, mais sans oublier les bateaux dans lesquels on avait déjà performé comme le quatre sans hommes TC, le double hommes TC, le deux sans barreur TC, le double et le quatre sans barreur hommes PL, et le deux sans barreur femmes”. Après Boston, le chef de secteur a alerté le DTN sur la situation, lui expliquant qu'il serait compliqué de faire le huit en continuant de la même façon que sur les deux années qui viennent de s'écouler. “Je voulais faire aussi le point sur notre effectif majeur dont beaucoup seront trentenaires l'année prochaine, ou le sont déjà. On ne peut pas demander la même chose à des rameurs qui ont un emploi, des familles, qu'à des jeunes de 25 ans ou moins, qui arrivent en équipe de France A. Je voulais continuer le huit pour Rio, mais avec des espoirs de médaille pour 2020, avec des jeunes et mettre nos meilleurs rameurs plus âgés dans des bateaux qu'ils connaissent. On a l'opportunité d'avoir un quatre sans barreur performant, un deux sans barreur médaillable lui aussi, un quatre de couple qui a démontré à Amsterdam ses possibilités et que l'on peut améliorer en deux ans”. La proposition de Daniel Fauché était donc de changer tout en poursuivant l'aventure du huit différemment, et offrir des possibilités de médailles aux plus anciens des rameurs qui participeront en 2016 à leurs derniers Jeux olympiques. “C'est sûr que le bateau pouvait aller plus vite, explique Daniel Fauché, mais ça reste risqué. Je ne me voyais pas emmener les rameurs dans le huit et passer à côté de trois autres médailles. Pour les athlètes, je souhaite que le huit soit performant à Rio, qu'ils gagnent la médaille”.

“Yvan Deslavière a la capacité de convaincre et mobiliser les troupes”

Patrick Ranvier a donc porté son choix sur Yvan Deslavière pour succéder à Daniel Fauché à la tête du secteur hommes TC. Il lui a confié aussi la sélection et l'entraînement, en direct, du huit français. “On aurait pu penser séparer le huit du reste du secteur hommes TC, mais ce n'était pas possible, il faut que celui qui pilote le groupe soit convaincu, qu'il puisse également tabler sur tout l'effectif pour construire le meilleur bateau. Yvan incarne bien la conviction et la détermination avec laquelle on peut croire en ce projet qui lui est chevillé au corps. Il a une histoire avec ce bateau, il a la capacité de convaincre et mobiliser les troupes”.

Le message est en tous cas très clair : le huit reste au cœur de l'ensemble du projet fédéral, soutenu à toutes les échelles des instances de la FFA. Un retour en arrière n'est pas envisageable et serait une erreur, toujours selon Patrick Ranvier. Daniel Fauché reste, bien entendu, entraîneur au Pôle France de Lyon.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Boulogne 92 s’empare de la tête du classement performance

Lire l'article

Le nouveau Mag Aviron est en ligne !

Lire l'article

Défi Seine 2019

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS