Poznan 2019: L’équipe de France prend la foudre

22 Juin 2019

 

Le naufrage de la flotte tricolore aura été sans appel sur le lac Malta puisque dans les catégories olympiques, une seule embarcation s’alignera en finale A demain : le deux de couple poids léger filles. La déception est grande et le butin maigre pour l’équipe de France. Le bilan (provisoire) est lui légèrement préoccupant, à l’aune des championnats du monde de Linz, qualificatifs pour les JO, et du faible nombre de quotas mis en jeu à cette occasion.

La grosse déception de la journée est à chercher du côté du double masculin, champion du monde en titre et du deux sans barreur homme, grand habitué des podiums, tous deux passés à côté de leur demi-finale. Matthieu Androdias et Hugo Boucheron, après leur 6e place aux championnats d’Europe à Lucerne, devront à Poznan se contenter d’une finale B après leur 6e place en demi-finale, loin des places qualificatives. Même constat pour la paire verdunoise Théophile et Valentin Onfroy, qui peine cette année à retrouver les avant-postes. Chez les skiffeurs, Thibault Verhoeven et Marie Jacquet connaîtront le même destin suite à leur 6e et 5e place dans leurs demi-finales respectives. Le nouvel appairage d’Hélène Lefebvre et Margaux Bailleul suivra la même voie, 5e de sa course. La nouvelle mouture lorraine du double poids-léger prendra elle-aussi la voie de la finale B. Composée d’Hugo Beurey et Pierre Houin, cette embarcation signe néanmoins son retour dans le top 12 mondial. Romuald Thomas, Thibaud Turlan, Stanislas Desgrippes et Hugo Quemener, alignés en repêchage du quatre de couple prennent la 4e et rejoindront leurs collègues en petite finale.


Laura Tarantola et Claire Bové elles n’ont pas été arrêtées dans leur lancée ce week-end. Elles remportent avec la manière leur demi-finale du deux de couple poids léger, devant notamment l’équipage biélorusse, face à qui elles avaient dû s’incliner aux derniers championnats d’Europe, en réaffirmant ainsi leur statut de prétendantes au podium en finale A dimanche. Une performance salutaire dans la morosité ambiante, réalisée par le « meilleur bateau de la flotte, homme et femmes confondus », et montrée en exemple par la chef de secteur féminin Christine Gossé, qui souligne un bateau qui « rame long et applique les basiques ». « Et ça fonctionne », conclut-elle.


Bonnes nouvelles aussi du côté du group para-aviron. Julien Hardi se hisse en finale A, en skiff PR2. De leurs côté Laurent Viala et Jérôme Hamelin offrent à l’équipe de France une belle victoire en deux-sans barreur PR3, en s’imposant nettement face à des adversaires notamment ukrainiens, qui les avaient plus tôt dans la saison surclassés. « On se rend compte que le travail paye » commente satisfait Laurent Viala. La paire souhaite ainsi avoir débloqué le compteur à médailles pour la flotte paralympique et espère voir demain leurs collègues leur succéder sur la boîte. Un métal bienvenu, tant il sera rare sinon ce week-end.

Pour le reste de la flotte, les finales de classement auront été courues le matin avant les demi-finales. Premières à ouvrir le bal en finale D du deux sans barreur féminin, Noémie Kober et Marie le Nepvou renouent avec la tête de course en s’imposant largement face à leur homologues U23 Pauline Rossignol et Camille Loisel, qui s’adjugent la 5e place. Marion Colard aura tout tenté face à une rameuse norvégienne qu’elle avait déjà affrontée aux championnats d’Europe à Lucerne. Elle devra se contenter à cette occasion de la 2e place en finale C. Élodie Ravera-Scaramozzino et Anne-Sophie Marzin de leur côté auront eu fort à faire en finale C face aux tchèques (championnes d’Europe en 2017) et lituaniennes championnes du monde en titre. Elles clôtureront leur week-end polonais par une 3e place. En quatre sans barreur, Edouard Jonville, Julien Montet, Benoît Demey et Benoît Brunet, partis légèrement en deçà lors de leur finale C, auront trouvé les ressources pour remonter sur la téte de course et s’adjuger au forceps la 2e place (14e place au général). Camille Juillet elle prendra la 3e place de sa finale C en skiff. De leur coté Ferdinand Ludwig et Thibault Colard achèveront leur compétition sur une 5e place dans la leur.

NB : Le deuxième quatre sans barreur masculin (Guillaume Turlan, Franck Solforosi, Albéric Cormerais et Mickaël Marteau) n’a pas pris le départ de sa finale D suite au forfait de Mickaël Marteau pour raison médicale.

François Bourquin

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Boulogne 92 s’empare de la tête du classement performance

Lire l'article

Le nouveau Mag Aviron est en ligne !

Lire l'article

Défi Seine 2019

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

Centre de préférences de confidentialité