Poznan 2019 : une bérézina pour l’équipe de France

23 Juin 2019

 

Déjà chahutée il y a trois semaines sur les eaux du Rotsee par une concurrence essentiellement européenne, l’équipe de France, à court d’arguments et de solutions sur le lac Malta repart la queue entre les jambes. Le bilan est bien mince chez les disciplines olympiques : une seule finale et pas de médaille. Une impuissance affichée face au gratin international qui n’a d’égale que la déception suscitée par ce résultat, auxquels s’ajoute l’inquiétude et l’incertitude, à quelques semaines des championnats du monde de Linz.

Les espoirs du contingent olympique reposaient aujourd’hui sur Laura Tarantola et Claire Bové, les seules à s’être frayé un chemin vers la finale A. Les vice-championnes d’Europe, techniquement à l’aise sur un bassin compliqué, ont tenté dès les premiers coups de palette de prendre les commandes de cette course. Une tâche qui s’est révélée plus ardue que la veille en demi-finale. 3e à la mi-parcours, à la bagarre avec d’étonnantes embarcations chinoises et italiennes, elles ne parviendront pas totalement à contenir le retour des Néo-zélandaises Jackie Kiddle et Zoe McBride. Ces dernières auront dû faire usage de tout leur talent pour venir arracher sur la ligne la victoire aux italiennes. La paire française franchit elle la ligne d’arrivée à la 4e place.

Un bilan décevant donc pour la flotte tricolore, attendue à un meilleur niveau, surtout au regard des individualités qui la composent, légèrement inquiétant à l’approche de la foire d’empoigne que seront les championnats du monde cet été, et qui pose question. Rappelons au passage que les quotas directs se sont vus réduits de 11 à 8 pour le quatre sans barreur et de 11 à 7 pour le double poids léger. 2 ultimes places sont ensuite mises en jeu à la régate de qualification finale, surnommée « death regatta », quelques semaines avant les JO.

Patrick Ranvier, Directeur Technique National, ne fait pas mystère de sa déception à l’issue de ce week-end. Ce dernier, tenant à ce stade de la saison à relativiser l’état de forme détonnant affiché par certaines nations fraîchement débarquées sur le circuit européen (on pense notamment aux Néozélandais, dont années après années certaines embarcations aux avant postes en Coupes du monde disparaissent des podiums aux championnats du monde), à l’aune notamment d’une préparation française qui elle permet traditionnellement une montée en puissance au cours de la saison, est forcé d’admettre cependant que pour certaines embarcations les écarts sont « assez significatifs et ne vont pas être faciles à combler ».

Le mot d’ordre : « surmonter la déception, retrouver la confiance et se mettre au travail pour revenir à notre meilleur niveau, avec comme perspective la qualification olympique ». « Ils/elles en sont capables, nous en sommes capables ».

Le collectif para-aviron aura de son côté brillé sur les eaux polonaises, et affiche une belle progression dans toutes ses embarcations, notamment depuis les régates de Gavirate en Italie. Un groupe auquel Patrick Ranvier tient à rendre hommage : “4 médailles dont 3 dans les disciplines olympiques, c’est satisfaisant, encourageant pour la suite » pour ce groupe, qui « fait le job » et qui est « dans le jeu ».

En skiff PR1, Nathalie Benoît effectue son retour sur les podiums. La rameuse de Marseille, vice-championne paralympique à Londres, s’empare d’une magnifique médaille de bronze derrière la championne du monde en titre Birgit Skarstein et la rameuse ukrainienne. Une course « très dure », nous raconte l’intéressée, notamment au regard des conditions difficiles du premier 1000, agité par le vent. « J’ai essayé d’être propre, ça a payé puisque dans le premier 1000 j’étais un peu devant l’ukrainienne » explique-t-elle. Une rameuse tout sourire sur le podium et très satisfaite du chemin parcouru cette saison et du travail réalisé. Son homologue masculin Julien Hardi prend lui la 6e place de sa finale. Une performance à saluer pour un athlète fraîchement converti à la pratique de l’aviron puisqu’entamant sa deuxième saison en skiff PR1.

Perle Bouge et Christophe Lavigne feront tomber une autre magnifique médaille de bronze dans l’escarcelle française. Une 3e place arrachée au forceps des mains du bateau ukrainien, après une intense course en bords à bords. Un résultat très prometteur pour ce nouvel appairage, et pour Christophe Lavigne, qui effectue cette année ses premiers pas à l’international. « L’objectif pour moi c’était d’offrir sa première médaille internationale à Christophe. C’est ce que j’avais dans la tête au départ et c’était vraiment ce qui me tenait à cœur », nous relate Perle Bouge.

Le quatre barré PR3 réalise lui une excellente prestation pour le quatre barré mixte composé d’ Élodie Lorandi, Guylaine Marchand, Rémy Taranto, Antoine Jesel et Robin Le Barreau qui s’empare d’une belle médaille de bronze, au contact des embarcations américaines et ukrainiennes. Remy Taranto se montre heureux de la performance de l’équipage, en reconstruction après peu de kilomètres ramés en quatre cet hiver. « Les consignes étaient claires : pousser fort dans le 1er 1000 et rester au contact avec les américains » si ces derniers, ainsi que les italiens se sont révélés plus forts aujourd’hui, le quatuor a désormais le regard ferment tourné vers l’Autriche, et les championnats du monde.

Finales B :

Valentin et Théophile Onfroy (M2-) : 2e
Margaux Bailleul et Hélène Lefebvre (W2x) : 4e
Hugo Boucheron et Matthieu Androdias (M2x) : 2e
Hugo Beurey et Pierre Houin (LM2x) : 6e
Romuald Thomas, Thibaud Turlan, Stanislas Desgrippes et Hugo Quemener (M4x) : 4e
Marie Jacquet (W1x) : 4e
Thibault Verhoeven (M1x) : 4e

François Bourquin

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Boulogne 92 s’empare de la tête du classement performance

Lire l'article

Le nouveau Mag Aviron est en ligne !

Lire l'article

Défi Seine 2019

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS