Sarasota 2017 : bilan mitigé pour les Bleus

1 Oct 2017

 

Les meilleures choses ont une fin, même si elles ne se terminent pas toujours de la meilleure des façons, notamment pour l’équipe de France qui n’a ajouté aucune médaille à son bilan aujourd’hui, les deux de couple masculin et féminin n’ayant pas réussi à monter sur la boite.

Deux de couple féminin :
Hélène Lefebvre et Elodie Ravera repartaient en deux de couple pour réitérer leurs exploits passés, et pourquoi pas leur donner une autre couleur. La finale de ce matin ne leur aura hélas pas permis de monter sur le podium. Les deux rameuses tricolores ont subi cette course dominée par l’équipage néo-zélandais et ont terminé sixièmes de cette finale A.

Deux de couple masculin :
Après une victoire en demi-finale, on attendait Matthieu Androdias et Hugo Boucheron à une autre place aujourd’hui. En effet, c’est la sixième place qu’ils ont décrochée dans cette finale. Les deux rameurs ont connu durant ce parcours des problèmes dans la manière de faire, dans la réalisation technique, conduisant à ce résultat. “On est déçus forcément, commente leur entraîneur Alexis Besançon, ce n’est pas à la hauteur de ce qu’ils peuvent faire”. Les rameurs ne cachaient pas eux non plus leur déception : “On s’efforce d’être le plus froid possible pour analyser, l’addition est salée et elle reste en travers de la gorge”.

Une déception partagée par le directeur technique national, Patrick Ranvier : “Hormis les deux médailles d’or en poids léger qui témoigne de la densité et de notre savoir-faire, de la belle médaille d’argent en handi-aviron, le bilan global n’est pas bon. On avait d’autres espoirs que ces performances. On s’est emballés après Lucerne, car ici on n’est pas au niveau : en arrivant, on s’est rendu compte que ce serait difficile. On peut noter tout de même le résultat du deux de couple poids léger féminin et du quatre de couple masculin, qui ont donné le maximum qu’on pouvait attendre d’eux. Ces mondiaux étaient tardifs, on a pris du retard sur la préparation et on n’a pas su maintenir nos meilleurs éléments à leur meilleur niveau. On va reparler de ce stage terminal, mais aussi analyser nos difficultés à construire des bateaux plus longs que le double, à travailler en pointe, à faire monter des jeunes. Ceux qui ont aujourd’hui entre 18 et 22 ans sont ceux qui nous représenteront à Paris en 2024”. Le DTN est également revenu sur des exigences de performance, notamment à l’ergomètre, qui doivent être imposées.

Skiff masculin PR1 :
En finale B du skiff masculin PR1 handi-aviron, Pascal Danière a terminé à la cinquième place de la course, se plaçant ainsi au 11e rang mondial.

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Cazaubon 2019 : des leaders bousculés ou détrônés

Cazaubon 2019 : des leaders bousculés ou détrônés

Lire l'article
Cazaubon 2019 : les favoris au rendez-vous de l’Uby

Cazaubon 2019 : les favoris au rendez-vous de l’Uby

Lire l'article
france-bateau-court

France bateaux courts : le week-end gersois de l’aviron français

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS