Une “journée sans” pour les juniors en finales

28 Août 2016

 

​Quatre finales B et trois finales A au programme de cette dernière journée de championnats du monde juniors à Rotterdam. Un programme retardé d’une heure en raison de l’orage qui, s’il a quitté le Willem Alexander Baan, a laissé derrière lui le vent.
La matinée a démarré par les courses des finales B. En deux sans barreur masculin, Etienne Juillet et Paul Tixier ont terminé à la deuxième place, derrière les Néo-Zélandais qui n’étaient pas en tête au début du parcours. Les deux Français n’ont pas pu leur résister, mais ont tenu bon face aux assauts des Mexicains.
En quatre sans barreur masculin, Rémi Crosbie, Gatien Didry, Guillaume Lescoulier et Tristan Lautrette ont sorti une grosse course, comme lors des repêchages, leur permettant de terminer à la première place de leur finale B devant le Canada et l’Ouzbékistan.
Loanne Guivarc’h et Claire Bové se sont bien battues ce matin pour tenter de conserver la tête de la course, mais elles sont finalement arrivées en deuxième position.
Le huit féminin tricolore a pris la course à son compte, avant de céder face aux attaques du bateau néerlandais. Lise Aubry, Marie Pachebat, Suzy Paquin, Pauline Rossignol, Julia Verhoeven, Louise Lepers, Pauline Lotti, Violaine Aernoudts et leur barreuse Agathe Angonin ont terminé à la deuxième place.

Après la pluie et l’orage, le beau temps… mais un bassin agité par un fort vent pour. Des conditions compliquées pour le déroulement des finales A.
Premières à prendre le départ de leur grande course mondiale, Maya Cornut et Adèle Brosse avaient devant elles le bateau italien, intouchable aujourd’hui. Les Françaises n’ont pas pu se raccrocher aux bateaux de tête, finissant à la cinquième place mondiale.
Alexandre Cordonnier, Stanislas Desgrippes, Esteban Catoul et Paul-Antoine Ricard n’ont pas lésiné sur leurs efforts. Ils ont tout fait pour se maintenir dans les potentiels médaillables du quatre de couple, mais dans les derniers 500 mètres, ce sont les Américains qui sont venus leur voler le bronze qui leur tendait les bras. Ils ont terminé leur beau parcours dans ces championnats à la quatrième place mondiale.
Margaux Bailleul avait couru sa demi-finale hier dans des conditions de vent très pénibles ; si aujourd’hui il soufflait pour, le bassin était toutefois agité au moment du départ de la finale du skiff féminin. La Française a réalisé un parcours plein, on commençait à rêver pour elle du bronze mondial, mais dans les derniers mètres, la Néerlandaise l’a dépassée pour s’emparer de la troisième place, la laissant à la quatrième place de seulement 17 centièmes.

Patrick Ranvier a dressé le bilan de ces championnats juniors. “Nous sommes avant tout là pour former de jeunes rameurs. C’est parfois difficile de concrétiser par des médailles, mais cela ne nous inquiète pas outre mesure. Je tiens à souligner le comportement de nos juniors qui a été remarquable ; les équipages ont été ambitieux, conquérants et sans complexe. On n’est pas dans les premières nations, on le sait, mais on continue à investir sur eux pour être capable d’avoir un niveau suffisant pour prétendre à une finale mondiale. Ce n’est pas un bilan extraordinaire, loin s’en faut, mais le groupe est relativement jeune. Chez les finalistes, le quatre de couple a été bien. On a rêvé pour le deux sans barreur féminin, mais le niveau n’était pas négligeable. De même pour le skiff féminin, le niveau était énorme avec une Italienne impressionnante. On n’est pas là pour chercher des médailles à tout crin ; nous ne sommes pas inquiets pour l’avenir, il faut les laisser grandir”.

Fabrice Petit

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Championnats de France UNSS 2019 : un beau spectacle à Mâcon ce week-end!

Lire l'article
Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Affluence record attendue ce week-end aux Championnats de France d’aviron sur mer

Lire l'article
Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Que se passe-t-il dans notre corps pendant une course d’aviron ?

Lire l'article
abonné

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS