fbpx

Les Bleus se préparent à Bellecin pour Tokyo

25 Juin 2021

 

Le 16 juillet, les cinq équipages qui prendront part aux Jeux olympiques de Tokyo décolleront pour le Japon. Ils sont à Bellecin depuis le 15 juin pour préparer l’échéance qu’ils attendent avec impatience.

Le lac de Vouglans. © Alexis Marie-Marie Images Production

La menace d’un nouveau report ou d’une annulation pure et simple des Jeux olympiques est derrière nous. Et derrière les Bleus depuis longtemps qui ne se sont pas laissé distraire par les tergiversations du comité d’organisation et des autorités nipponnes en proie aux réticences des uns et des autres. Depuis le 15 juin, l’équipe de France olympique d’aviron a pris ses quartiers sur la base de Bellecin et utilise à sa guise l’ensemble des installations disponibles : le lac de Vouglans bien sûr, mais aussi le gymnase, la salle de musculation et une nouveauté : la thermo-room, qui permet aux athlètes de s’acclimater dans l’effort aux conditions tokyoïtes (forte chaleur et fort taux d’humidité). De bonnes conditions météo dans le Jura pour les Bleus qui peaufinent les réglages et achèvent leur préparation, afin d’arriver à leur meilleur niveau sur les eaux du Sea Forest Waterway. Une bonne entente également dans chacun des équipages, un ingrédient de la réussite !

Des objectifs de médailles

La journée de présentation presse, à Bellecin, a été ponctuée par une intervention du président de la FFA Christian Vandenberghe et du nouveau directeur technique national Sébastien Vieilledent, accompagnés des chefs de secteur Christine Gossé et Samuel Barathay. Une première pour le DTN qui a jugé l’équipe de France “équilibrée, avec des médaillés mondiaux et des rameurs plus jeunes dans l’optique de Paris 2024, avec une qualification historique pour l’aviron féminin”. Une échéance pour laquelle il a voulu protéger les athlètes et l’encadrement de toute perturbation, dans un lieu que notre sport connaît bien : Bellecin. Le président de la FFA y est venu pour la dernière fois en tant que rameur en 1977. Quant aux objectifs chiffrés, Sébastien Vieilledent a bien rappelé que les rameuses et rameurs s’alignent au départ d’une compétition pour la remporter. Les premiers pronostics sont venus de l’encadrement avec deux médailles en vue, pronostics confirmés par le président Vandenberghe et le DTN.

Christine Gossé, Samuel Barathay, Christian Vandenberghe et Sébastien Vieilledent. © Eric Marie-Mag Aviron

Une “bulle sanitaire” stricte

Tous les rameurs ont été vaccinés, ce qui n’empêche de maintenir des conditions très strictes pour réduire les risques de contamination au minimum. Tous les mardis, les athlètes subissent un test RT-PCR, de même que le personnel de la restauration. La première semaine, les interactions entre eux ont été limitées, et celles avec le personnel de la base le sont toujours. Pas de visite, hormis en extérieur et avec des visiteurs eux aussi testés tout en conservant masque et distanciation physique. Le 2 juillet, tout lien avec l’extérieur sera coupé, pour maintenir la bulle sanitaire le plus étanche possible.

Un stage pas comme les autres

Stage de préparation pour les mondiaux ou stage de préparation pour les JO, même ambiance ? Pas vraiment. Le premier rassemble bien souvent une équipe plus large. D’autant plus large que cette année, cinq bateaux sont qualifiés pour Tokyo, dont quatre doubles. De quoi réduire l’effectif impliqué ! “Cela incite à l’échange entre les athlètes, note Christine Gossé, entre les entraîneurs aussi. Par exemple, j’ai pu m’intéresser davantage au travail du double TC et du deux sans masculin. L’ambiance est plus familiale, on est plus dans un cocon”. La cheffe de secteur a impulsé aussi à plu de cérémonial sur la remise des équipements qui est banalisée le reste de l’année ou sur une saison classique. “J’ai proposé de mettre la Marseillaise, poursuit-elle, mais aussi de faire une vraie remise d’équipements. Matthieu et Hugo l’ont fait pour Thibaud et Guillaume. Cela a marqué les esprits”.

S’aligner au départ d’une course des JO : un rêve pour certains, l’aboutissement d’un projet pour d’autres. Mais pour tous, cela reste un 2000 mètres comme les autres !

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Rendez-vous le 14 août à Courchevel pour… le Mag Aviron® X3

Lire l'article

Hamish Bond raccroche les pelles

Lire l'article

La FFA affiche ses ambitions en para aviron pour Paris 2024

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Un sac étanche Mag Aviron édition collector offert.

ABONNEMENT
58€/an au lieu de77,5€ 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur.

Le collector des 10 ans de Magaviron vous est offert pour votre premier abonnement.

 

ABONNEMENT
abonnement papier mag aviron 1 an
35€/an 

EN SAVOIR PLUS

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

 5 numéros papier

Accès à l’application Mag aviron

 

ABONNEMENT 
25€/an

EN SAVOIR PLUS

Réception de votre webzine trimestriellement dans votre espace abonné.

5 numéros papier & numérique

Accès au contenu PREMIUM du site internet sur tablette, smartphone et ordinateur