Lucerne 2017: journée historique pour le camps français

9 Juil 2017

 

Ce dimanche marquait la dernière journée de compétition pour la flotte française à Lucerne. La chaleur étouffante de la veille chassée par une tempête samedi soir, c’est dans des conditions idéales que l’équipe de France livra bataille sur le Rotsee. Si la flotte tricolore fut convaincante le vendredi en séries, combative le samedi à l’épreuve des demi-finales, elle aura été plus qu’enthousiasmante en ce dimanche de finales.
Comment ne pas évoquer la déferlante féminine en finale du deux de couple? Comment passer à côté du superbe parcours des frères Onfroy, ainsi que du énième sacre d’un double poids léger français sur le lac des dieux? Crédit photo: Daniel Blin La flotte française remporte dans ses valises quatre médailles en catégories olympiques et une médaille en quatre de couple poids léger. Une moisson plus qu’honorable pour les tricolores, et de très bon augure pour les mondiaux en Floride fin septembre, au vu de la qualité des stages terminaux français. Crédit photo: Daniel Blin Léa Duret et Claire Chanut furent les premières à s’élancer ce matin. En prenant la 4e place de leur finale B derrière les britanniques, les allemandes et les coréennes, le duo, finaliste aux derniers championnats d’Europe, s’assura donc la 10e place au classement général.
Résultat : GBR, GER, KOR, FRA
Crédit photo: Daniel Blin Thibault Colard et Thomas Baroukh, médaillés olympiques en quatre sans poids léger à Rio, imitèrent Duret et Chanut en prenant la 4e place de leur finale. 10e place au général pour la paire française.
Résultat : BLR, GBR, CZE, FRA, CAN
Crédit photo: Daniel Blin Privés de grande finale par les italiens et les néerlandais en repêchage, le quatre de couple tricolore composé d’Hugo Boucheron, Matthieu Androdias, Thibaut Verhoeven et Mickael Marteau, conclut son week-end suisse par une nette victoire en finale B face notamment aux norvégiens et aux estoniens. 
Résultat: FRA, NOR, GER, EST, USA, INA

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Quelle saison pour Valentin et Théophile Onfroy! Dans un contexte de concurrence accrue, les deux frangins verdunois parvinrent à tirer leur épingle du jeu pour venir arracher une nouvelle médaille sur la scène internationale. La finale A du deux sans barreur, une des plus passionnantes de la journée réunissait les champions olympiques en double croates, les frères Sinkovic, ainsi que la nouvelle paire néo-zélandaise, avec à son bord James Hunter, issu du quatre sans barreur poids léger. Valentin et Théophile, auteurs d’une première partie de course très agressive, s’adjugèrent la 3e place de cette finale, remportée avec la manière par la paire néo-zélandaise. Si les frères Onfroy semblent ainsi pleinement assurer la relève de leurs aînés Chardin/Mortelette, Murray/Hunter eux semblent bien décidés à continuer l’œuvre des désormais légendaires Bond/Murray, portant au passage l’estocade aux frères croates, visiblement satisfaits par leur performance.
Belle progression de la paire française, quelques jours seulement après avoir enterré la monstrueuse paire australienne aux régates royales d’Henley. Un peu émoussés en série éliminatoire, contre-coup de l’enchaînement des compétitions ces dernières semaines, ils avaient réussi en demi-finale à exécuter une course « plus incisive, plus attaquée » face à Valent et Martin Sinkovic, ne voulant pas « se priver de montrer qu’on voulait jouer avec eux » nous explique Valentin. En finale, les frères auront effectué « un gros 1800 bien correct » bien qu’avec encore des petites fautes techniques, tout en sentant que leurs concurrents n’étaient pas très loin. « On a réussi à s’en sortir avec ce qu’on avait aujourd’hui » conclut-t-il. La paire verdunoise s’adjuge au passage la victoire au classement par points de la Coupe du Monde et peut sereinement porter ses ambitions sur les championnats du monde de Sarasota à la rentrée.
Résultat : NZL, CRO, FRA1, ROU1, NED, ES Crédit photo: Daniel Blin Le quatre sans barreur français, avec à son bord Edouard Jonville, Julien Montet, Benoît Brunet et Benoît Demey aura tenté le tout pour le tout dans une finale A très relevée, remportée par un équipage britannique qui avait visiblement à coeur de remettre les pendules à l’heure et réaffirmer son leadership sur cette épreuve. Derrière la lutte aura été porté par les équipages italiens, néerlandais et sud-africains, qui finissent dans un mouchoir de poche. Le quatuor français, en pleine progression, aura un long été pour tenter de se rapprocher du podium, venus les championnats du monde de Sarasota.
Résultat : GBR1, ITA, NED, RSA, ESP, FRA

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Que dire de la performance d’Hélène Lefebvre, Elodie Ravera-Scaramozzino, Noémie Kober et Marie Le Nepvou, sinon qu’elle fut magique? Une razzia. C’est l’impression qu’ont donné les deux de couple Lefebvre/Ravera-Scaramozzino et Kober/Le Nepvou, en arrachant l’argent et le bronze respectivement dans cette finale si relevée et si disputée du deux de couple. Un coup de maître pour l’aviron féminin français, piloté par Christine Gossé (elle-même double championne du monde et médaillé olympique en deux sans barreur)  qui écrit sur le Rotsee une page glorieuse de son histoire. Les quatre françaises, alignées en quatre de couple aux championnats d’Europe où elles prirent la 5e place, ont laissé la hiérarchie internationale sans dessus dessous en mettant au tapis les lituaniennes, les australiennes et les américaines, toutes de sérieuses prétendantes au podium. Un sacré coup de pied dans la fourmilière. Les françaises ne manquent pas de souligner l’importance et la signification de leur exploit. Une « journée historique » souligne Hélène Lefebvre, pour qui « l’aviron féminin renaît de ses cendres », porté par les efforts de Christine Gossé. Les mondiaux de Sarasota sont maintenant dans tous les esprits, et les choix de l’encadrement concernant ces quatre grandes dames de l’aviron français, très attendus.
Résultat : NZL, FRA1, FRA2, AUS, LTU, USA

Crédit photo: Daniel Blin Crédit photo: Daniel Blin

Et de 6! Jérémie Azou vient de s’offrir sa sixième victoire consécutive sur le bassin des dieux, en devançant les paires italiennes et irlandaises, habituées des podiums. Le duo, champion olympique en titre de la catégorie a tenu à marquer les esprits en vue des championnats du monde, et réaffirme son statut de favori, avec l’objectif clair de maintenir le titre mondial, obtenu en 2015, dans l’escarcelle française. Un défit de taille pour l’équipage français, et un statut de favori qui n’est pas vécu comme une source de pression, mais au contraire comme source de motivation, nous explique Jérémie Azou, pour qui « chaque course est l’occasion de se remettre en question ». Pierre Houin signe lui sa deuxième victoire sur le bassin suisse, pour sa deuxième participation. 
Résultat : FRA, ITA, IRL, BEL, GRE, CZE François Bourquin

En lire plus ?

Voici des articles qui pourraient vous intéresser

Nouvelle série noire à Rotterdam

Nouvelle série noire à Rotterdam

Lire l'article
La médaille française du week-end vient des poids légers

La médaille française du week-end vient des poids légers

Lire l'article
Orage, vent, pluie… Rotterdam !

Orage, vent, pluie… Rotterdam !

Lire l'article

Nous avons des formules pour tous les goûts

Découvrez nos différentes formules d’abonnement

 

ABONNEMENT 
100% NUMÉRIQUE
15,99€/an

Les 4 numéros de l’année en version numérique

Un accès au 4 dernier numéros (offert)

Accès illimité aux articles du site

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT 
PAPIER + NUMÉRIQUE
29€/an

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

4 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS

ABONNEMENT  (2 ANS)
PAPIER + NUMÉRIQUE
49€/2ans

Réception trimestrielle du magazine chez vous.

8 numéros au total + hors série

Abonnement numérique

EN SAVOIR PLUS